Jeûne et santé
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Toad le Mer 26 Avr 2017 - 5:52

Je sors de plusieurs années de désintoxication aux métaux lourds.
J'ai suivi une méthode pour me désintoxiquer qui consiste à répéter de nombreuses fois une déshydratation de deux à trois jours.
Cependant, il est nécessaire de manger pour éliminer par les selles les toxines mobilisées par la déshydratation.
Il ne s'agit donc pas vraiment d'un jeûne, mais cette cure est la symétrie alimentaire du jeûne hydrique.
Elle est une forme de jeûne sec sans la privation alimentaire.
Elle concerne donc majoritairement les électrolytes, et donc, elle est appropriée pour éliminer les ions des métaux lourds.
J'ai également fait des jeûnes, mais en dépit du bien fou que cela fait, je n'avais pas eu d'améliorations sur les symptômes des ML.

Mon témoignage est placé dans le Forum Mélodie, à la page suivante :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Sous ce forum, mon pseudo est Sophocle.
Mon témoignage est assez long. Mais vous y trouverez toute ma présentation, tous mes récits de cures et les précautions.
Si j'ai posté tout mon parcours sur le forum mélodie, c'est parce que ce forum est dédié aux métaux lourds.

Avant de poster ce message, j'ai demandé l'autorisation si je pouvais faire un lien vers un forum extérieur.
Remerciements à Luc.

Toad

Messages : 23
Date d'inscription : 20/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Luc le Mer 26 Avr 2017 - 6:15


Merci Toad pour cette technique qui pourra en intéresser plusieurs.

En effet, nous ne savons pas vraiment si le jeûne intégral ou modifié (demi-jeûne) arrive à éliminer les métaux lourds. Certains disent oui, d'autres non.

Luc
Luc
Luc
Fondateur

Messages : 4664
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://jeune-et-sante.forumcanada.org/

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Sommerlund le Mer 26 Avr 2017 - 15:10

ça n'a aucun sens pour moi. Qu'es ce qui te fait croire que si à la place de tes "déshydratations" tu avait fait un jeûne à chaque fois, voir un jeune sec même, tu n'aurai pas eu au minimum le même résultat ?

Moi je croit en la loi de l'homéostasie : "Tout système vivant laissé à lui même en l’absence de perturbations, revient spontanément à l’état d’équilibre."

Tout ce que nous apportons de l'extérieur au corps (nourriture, boissons,..) est source de perturbations.
Alors éventuellement, si nous ne buvons pas, ça peu enlever une des sources de perturbations, mais la voie royale pour ce faire est le jeûne , tout simplement.

Peut-être que tes jeûnes que tu as fait, et que tu pense qui n'ont pas réussis à améliorer ta situation à propos des métaux lourds l'on en fait quand même fait (?)
Quand on prends un médicament par exemple, nous nous sentons en meilleur forme, et on peu penser que certains médicaments nous guérissent, alors qu'ils n'enlèvent en réalité que les symptômes, et notre corps lui-même se guérit.


Sommerlund

Messages : 202
Date d'inscription : 01/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Toad le Jeu 27 Avr 2017 - 6:45

Message reçu sur cette discussion le 26 avril :
Sommerlund a écrit:ça n'a aucun sens pour moi. Qu'es ce qui te fait croire que si à la place de tes "déshydratations" tu avait fait un jeûne à chaque fois, voir un jeune sec même, tu n'aurai pas eu au minimum le même résultat ?

Moi je croit en la loi de l'homéostasie : "Tout système vivant laissé à lui même en l’absence de perturbations, revient spontanément à l’état d’équilibre."

Tout ce que nous apportons de l'extérieur au corps (nourriture, boissons,..) est source de perturbations.
Alors éventuellement, si nous ne buvons pas, ça peu enlever une des sources de perturbations, mais la voie royale pour ce faire est le jeûne , tout simplement.

Peut-être que tes jeûnes que tu as fait, et que tu pense qui n'ont pas réussis à améliorer ta situation à propos des métaux lourds l'on en fait quand même fait (?)
Quand on prends un médicament par exemple, nous nous sentons en meilleur forme, et on peu penser que certains médicaments nous guérissent, alors qu'ils n'enlèvent en réalité que les symptômes, et notre corps lui-même se guérit.



Toutes ces questions transcendent mon témoignage.
C'est en me les posant et en écoutant les effets sur les symptômes que je suis parvenu à cette technique.

Qu'es ce qui te fait croire que si à la place de tes "déshydratations" tu avait fait un jeûne à chaque fois, voir un jeune sec même, tu n'aurai pas eu au minimum le même résultat ?

Pour traiter les métaux lourds par des jeûnes, le forum mélodie précise bien que des jeûnes longs ne se sont pas bien déroulés. D'ailleurs, tes témoignages en font parti. Ils m'ont plus dissuadé que conforté dans ta voie. Or dans certains cas, la répétition de mini-jeûnes est connue pour apporter une guérison complète, sans labeur, ni effets secondaires. Il également possible d'alterner le jeûne hydrique et la déshydratation afin de ne pas cumuler les toxines qu'un jeûne sec impose. Il faut d'abord faire à petite échelle ce que l'on envisage de faire à grande échelle. Mais il n'est pas nécessaire de faire à grande échelle ce que l'on peut obtenir à petite échelle. Le cas des métaux lourds est spécifique ; mieux vaut l'aborder avec prudence.

Je me suis également posé la question de l'élimination. Je demeure perplexe devant un jeûne sec, car on se prive de la voie d'élimination que la nature à prévu. En effet, quand on se prive d'aliments, les déchets métaboliques sont alors éliminés par l'eau des urines, il faut donc boire. Et quand on se prive d'eau, les toxines se fixent dans les selles, il faut donc manger pour activer le mouvement péristaltique. Et quand on est faible, il est prudent de ne pas multiplier les mobilisations et de ne pas totalement bloquer l'élimination. Une enfant de douze ans comprendrait cela. Pour mon cas, le jeûne sec est abscons. Je ne comprends pas qu'on puisse le préconiser en première intention. Pour moi, la guérison par le jeûne sec peut s'obtenir en toute facilité et en toute sécurité par une alternance de jeûnes hydriques et de déshydratations. Néanmoins, je recherche encore des sources pour comprendre ce qu'il apporte spécifiquement.

Pour parvenir à cette technique, je n'ai fait qu'appliquer le discours de la méthode par René Descartes.
1: Ne jamais recevoir aucune chose pour vraie.
2: Diviser chacune des difficultés.
3: Conduire par ordre mes pensées en commençant par les objets les plus simples jusqu'à la connaissance des objets les plus composés.
4: Faire partout de dénombrements détaillés et généraux.
Tout mon témoignage est bâti autour de cela. J'ai fait cela afin de m'aider à avancer en couchant par écrit ce qui était efficace ou inefficace. Petit à petit, cela a fini par payer. Cependant, je n'ai pas fait l'économie de l'étude des documentations.

Dans mon cas, je confirme que ce sont uniquement les déshydratations qui ont dissipé des symptômes persistants qui sont habituellement adressés aux métaux lourds, notamment des céphalées permanentes depuis de nombreuses années. Je te confirme également que, dans mon cas, le jeûne hydrique n'a pas traité ces symptômes persistants. Le jeûne hydrique a certes bien aidé à la guérison, mais il n'a pas résolu la cause. Cela est encore écrit dans mon témoignage.

Si j'ai opté pour la déshydratation et non pour le jeûne sec, c'est pour faciliter la cure. Ma gorge se retrouve en feu lors des jeûnes secs de trois jours, alors que j'ai pas de plus-value d'améliorations des symptômes par le jeûne sec en le comparant à une déshydratation de trois jours.

J'ai commencé par le jeûne hydrique, puis je me suis orienté vers le jeûne sec, et enfin j'ai fait des déshydratations. Mais je considère que le jeûne hydrique permet de retaper les organes après une déshydratation car une déshydratation est quand-même corrosive. Cela est écrit dans mon témoignage.

Comme tu vois, je ne suis pas fermé au jeûne hydrique. Au contraire, je m'en sers tout autant pour conforter la guérison. Encore une fois, cela est bien présent dans mon témoignage. Cependant, pour guérir d'un état critique, il m'a fallu m'ouvrir à de nombreuses techniques. Pourquoi veux-tu absolument que je ne guérisse pas de la façon la plus douce possible ? Pourquoi veux-tu me jeter dans les complications inextricables des problèmes qui parviennent du manque d'élimination alors que je peux me passer de ces complication tout en obtenant la même guérison ?  Il ne faut pas se priver de préserver sa santé quitte à guérir.

Comme je n'ai pas trouvé beaucoup de témoignages sur ces déshydratations, je me suis donc lancé. Si cela peut aider quelqu'un, je ne me sentirai pas soucieux d'avoir tu mon histoire de guérison. Je vais pouvoir tourner la page, et ces dix dernières années, qui ont été un enfer, ne seront qu'une vieille histoire. C'est pour cela que j'ai bien veillé à lister mes nombreux symptômes dans mon témoignage, c'est pour que le lecteur se fasse un avis. Je ne cherche donc pas à convaincre.

Dans mon message d'hier, j'ai bien veillé à préciser que cette méthode s'adressait aux ions des ML.
Dans le cas des ions, il existe une science documentée et enseignée en faculté. Il est donc possible d'aborder le comportement des ions dans un milieu aqueux et dans les compartiments liquidiens du corps humain via les lois d'osmose et de diffusion ionique au travers des membranes cellulaires. Ces lois sont détaillées dans mon témoignage, j'y ajoute également mon interprétation quant à l'application aux métaux lourds. Et je crains que les métaux lourds existent également sous forme d'ions.

Suite à ton message, je précise donc ici que cette technique n'est pas la panacée pour les ML en général. Mais est-il utile de le faire ? Cependant, cela est déjà indiqué en long, en large, et en travers dans mon témoignage. En effet, il existe différentes formes de métaux lourds, sels, méthyls, acétyls, métalliques,... Certaines formes sont atteintes par le jeûne hydrique et d'autres sont atteints par une déshydratation. La localisation des ML est également à prendre en compte. Le Snc et les tissus adipeux ne réagissent pas de la même façon selon les différentes formes de jeûnes. Et, il faut également tenir compte des modes d'élimination.


Moi je croit en la loi de l'homéostasie : "Tout système vivant laissé à lui même en l’absence de perturbations, revient spontanément à l’état d’équilibre."
Quant à l'homéostasie, peut-elle se rétablir quand le mercure a contaminé les racines dentaires et qu'il se comporte comme une résurgence à bas débit en dépit du retrait des amalgames ? Cf Cambayrac. Peut-elle se rétablir quand les métaux lourds sont piégés par la barrière hémato-encéphalique (Bhe) ? La Bhe est justement présente pour éviter que les métaux lourds du sang ne viennent contaminer le cerveau. La Bhe est également très efficace dans l'autre sens, du cerveau vers le sang. Or le nerf des dents est en accès direct au cerveau, il n'y a pas de Bhe entre les amalgames et le cerveau. Quand les métaux migrent depuis les amalgames, ils s'orientent d'abord dans le cerveau et ensuite ils y diffusent en masse parce qu'ils sont piégés par la Bhe. Donc, dans mon cas, il n'y a pas de discours d'homéostasie qui tienne.


Tout ce que nous apportons de l'extérieur au corps (nourriture, boissons,..) est source de perturbations.
Alors éventuellement, si nous ne buvons pas, ça peu enlever une des sources de perturbations, mais la voie royale pour ce faire est le jeûne , tout simplement.
Je te confirme que ce n'est pas l'eau qui posait problème puisque je la filtre, cela est encore écrit dans mon témoignage. La privation d'eau permet de renouveler l'eau du corps et donc, selon moi et certaines sources de Luc, cela permet de se débarrasser des électrolytes indésirables qui y flottent. "Voie royale", "Tout simplement" sont deux expressions qui cherchent à imposer un panache foireux qui ne se départit pas de n'être qu'une impuissance à masquer un vide intersidéral.  

Peut-être que tes jeûnes que tu as fait, et que tu pense qui n'ont pas réussis à améliorer ta situation à propos des métaux lourds l'on en fait quand même fait (?)
J'ai eu des maux de tête permanents pendant dix ans. Et tu essayes de me faire croire que c'est un jeûne hydrique qui m'a guéri de ces maux de tête alors qu'il n'en est rien. C'est seulement au cours des nombreuses mini-déshydratations que mes maux de tête se sont dissipés. Ta phrase est tellement ridicule qu'elle trahit la déperdition de ton raisonnement, elle devrait être suffisante pour t'apercevoir que tu as décidé d'organiser ton argumentation de façon à confirmer tes croyances. Le réel ne te convient pas, donc tu changes le réel. Franchement, quand je vois la souffrance qu'inflige les métaux lourds, je ne crois pas qu'il faille jouer à de telles polémiques.

Toad

Messages : 23
Date d'inscription : 20/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Sommerlund le Jeu 27 Avr 2017 - 19:03

Il ne faut pas te croire agressé par moi. Je ne cherche qu'à comprendre, et tout comme toi, j'utilise la devise: "Ne jamais recevoir aucune chose pour vraie."

Quand on jeûne sec, on continue d'uriner tout les jours. Autant que les jours où on ne jeûne pas. Une urine bien jaune foncé, brune même plutôt. Preuve d'une élimination intensive. Je ne voit donc pas pourquoi il faudrait manger en même temps. D'autant que certaines personnes qui mange une majorité de fruits et légumes crus en temps normal, ne boivent quasiment jamais. Ils absorbent assez de liquide avec leur repas.

Sommerlund

Messages : 202
Date d'inscription : 01/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Luc le Jeu 27 Avr 2017 - 20:31



Messieurs ... restons gentils et polis car je devrai intervenir !  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Luc
Luc
Fondateur

Messages : 4664
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://jeune-et-sante.forumcanada.org/

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Sommerlund le Ven 28 Avr 2017 - 7:58

Je vient de lire un sujet intéressant à propos du jeûne sec:  ICI .
Je me rappelle d'ailleurs que j'avais déjà lu ça quelques part d'autre. Je ne sait pas pourquoi je n'y avait pas prêté plus d'attention (surement à cause de ma devise "Ne jamais recevoir aucune chose pour vraie.").

Ca pourrait expliquer pourquoi le jeûne sec, et donc peut-être aussi la déshydratation, fonctionne mieux contre les problèmes de métaux lourds.
Et notamment ce passage: " these are eliminated by means of a unique mechanism, dormant during less rigorous modes of fasting: Each cell, in effect, becomes the furnace that burns up its own waste."
Pour traduire grosso modo :  En jeûne sec, les cellules n'éliminent plus  leurs déchets par les voies "normaux", mais elles deviennent chacune son propre fourneau qui va bruler ses déchets directement (métaux lourds y compris), ce qui expliquerai pourquoi un jeûne sec peu nous débarrasser des saletés dans le cerveau, tout simplement parcequ'il n'y a plus besoin de passer la fameuse barrière Bhe.

Mon prochain jeûne serra sec !  Et puis je verrai bien. D'ailleurs le seul de mes 4 jeûnes que j'ai accompli pour l'instant qui a amélioré ma situation (d'un peu) fut le 3ème jeûne. J'y avais fait 20 jours, dont 6 à sec !

Edit: Je vient de voir un autre site, Russe je crois, ou ils expliquent plus en détail le processus du jeûne sec (en anglais) : ICI

Sommerlund

Messages : 202
Date d'inscription : 01/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Toad le Dim 30 Avr 2017 - 7:09

Message reçu sur cette discussion 1h30 avant l'intervention de Luc
Sommerlund a écrit:Il ne faut pas te croire agressé par moi. Je ne cherche qu'à comprendre, et tout comme toi, j'utilise la devise: "Ne jamais recevoir aucune chose pour vraie."

Quand on jeûne sec, on continue d'uriner tout les jours. Autant que les jours où on ne jeûne pas. Une urine bien jaune foncé, brune même plutôt. Preuve d'une élimination intensive. Je ne voit donc pas pourquoi il faudrait manger en même temps. D'autant que certaines personnes qui mange une majorité de fruits et légumes crus en temps normal, ne boivent quasiment jamais. Ils absorbent assez de liquide avec leur repas.

Toad

Messages : 23
Date d'inscription : 20/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Toad le Dim 30 Avr 2017 - 7:10

Message reçu sur cette discussion 12h après l'intervention de Luc
Sommerlund a écrit:Je vient de lire un sujet intéressant à propos du jeûne sec:  ICI .
Je me rappelle d'ailleurs que j'avais déjà lu ça quelques part d'autre. Je ne sait pas pourquoi je n'y avait pas prêté plus d'attention (surement à cause de ma devise "Ne jamais recevoir aucune chose pour vraie.").

Ca pourrait expliquer pourquoi le jeûne sec, et donc peut-être aussi la déshydratation, fonctionne mieux contre les problèmes de métaux lourds.
Et notamment ce passage: " these are eliminated by means of a unique mechanism, dormant during less rigorous modes of fasting: Each cell, in effect, becomes the furnace that burns up its own waste."
Pour traduire grosso modo :  En jeûne sec, les cellules n'éliminent plus  leurs déchets par les voies "normaux", mais elles deviennent chacune son propre fourneau qui va bruler ses déchets directement (métaux lourds y compris), ce qui expliquerai pourquoi un jeûne sec peu nous débarrasser des saletés dans le cerveau, tout simplement parcequ'il n'y a plus besoin de passer la fameuse barrière Bhe.

Mon prochain jeûne serra sec !  Et puis je verrai bien. D'ailleurs le seul de mes 4 jeûnes que j'ai accompli pour l'instant qui a amélioré ma situation (d'un peu) fut le 3ème jeûne. J'y avais fait 20 jours, dont 6 à sec !

Edit: Je vient de voir un autre site, Russe je crois, ou ils expliquent plus en détail le processus du jeûne sec (en anglais) :  ICI

Toad

Messages : 23
Date d'inscription : 20/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Gorge sèche

Message  Toad le Lun 15 Jan 2018 - 16:00

Salut Luc,
Je souhaite consulter tes lumières à propos des symptômes pendant un jeûne sec.
Actuellement, je fais des séries de déshydratations.
Depuis 2017, je cumule environ 42 jours de déshydratation par round de 3 jours environ.
Comme je considère que le cerveau commence à se déshydrater à partir d'un jour et demi de déshydratation,
le cerveau ne cumulerait que 21 jours de déshydratation.
Je confirme que cette méthode est efficace pour soulager peu à peu des céphalées qui étaient permanentes depuis 10 ans.

Au fur et à mesure que j'avance dans mes rounds de déshydratation,
la gorge demeure humide de plus en plus tard.
D'habitude, ma gorge est sèche au troisième jour, je ne peux quasiment plus déglutir.
Mais, au cours des trois derniers round, la gorge est demeurée humide en dépit que j'ai poussé la déshydratation jusqu'à cinq jours.

Je souhaitais donc savoir s'il existait des témoignages de sec-jeuneurs à propos de la déshydratation de leur gorge pour savoir quand est-ce que cela parvenait.
Le mieux, ce serait des statistiques avec des moyennes ; là, je m'attends à ce que cela n'existe pas, mais je demande au cas où.

Salutations chaleureuses.
Toad.



Je place, ci-après, une copie de mon témoignage à propos des symptômes qui parviennent pendant ces round de déshydratation.
Je rappelle que je cherche à éliminer les métaux lourds qui se sont fixés dans le cerveau.



Je fais un petit bilan des quatre dernières déshydratations depuis la mi-décembre.

Au cours d'un round, j'ai eu une déminéralisation qui m'a donné un gros coup de fatigue. C'était comme un coup de barre dans le tronc, entre les côtes. J'avais les membres las, très las. Ça a été résolu avec des ampoules d'eau de Quinton. Mon aromatopathe a indiqué que la marque Quinton a été rachetée et que leur produit ne répond plus au protocole de Quinton (à vérifier). mais il y a d'autres marques. Les jus de légumes devraient également pallier à ce problème.
Au cours d'un autre round, j'ai fait une crise d'électro-sensibilité. D'habitude, il suffit que je rejoigne mes lieux de vie pour que ça se résorbe en deux jours. Mais là, ça a perduré. C'était comme si c'était auto-entretenu. J'ai pris cinq grammes d'aspégic en deux jours, et ça a résolu le problème. C'est la première fois que ça résout le problème en dix ans. D'habitude, je ne peux rien faire contre les maux de tête.
Au cours d'un autre round, j'ai eu un gros coup de blues. Il a suffit de rompre pour retrouver la forme.
Il y a toujours des symptômes récurrents comme des sueurs sèches. Mais ça part avec les bains de sel, et je retrouve une peau agréable et onctueuse.
J'ai des symptômes récurrents qui n'apparaissent presque plus. Exemple : les picotements sur la peau.

Mais, au final, tout cela, ce ne sont que des symptômes qui flamboient et qui se régularisent quelques jours après la rehydratation.
De déshydratations en déshydratations, l'état du cerveau s'améliore.
C'est là le principal.
De plus, le système digestif tient bien le coup, ça s'est encore bien amélioré comme au début de l'année 2017.
Il n'y a eu aucun problème depuis que j'ai repris les déshydratation. Au contraire, ça marche impec'.
J'ai repris un peu le pain ordinaire. Du coup j'ai repris du poids, 2 kg. 62 kg au lieu de 60.
La semaine dernière, j'ai eu trois jours de suite sans presque aucun maux de tête, c'est la première fois depuis dix ans.
Mais, il y a comme un relargage à retardement après une déshydratation.
Le cerveau fait éponge, C'est comme si il se déchargeait pendant une déshydratation, puis le stock de Ml inerte dans les os se vide dans le cerveau.
Et les maux de tête réapparaissent.


À chaque déshydratation, les céphalées passent par les montagnes russes. Ça descend, monte, descend, monte, descend.
Cela est une silhouette qui se répète de déshydratations en déshydratations.
Au cours de la déshydration, ça baisse, puis ça monte ; à la réhydratation, ça rebaisse et enfin ça remonte.
Je pense qu'il a des effets combinés entre la concentration des ML et la tonicité des cellules.
La variation d'eau va chambouler pas mal de paramètres.
La baisse d'eau augmente la concentration des ML mais soulage l'hyper-tonicité des cellules.
La rehydratation baisse la concentration des ML mais réactive la tonicité des cellules.
Puis il y a un éventuellement un relargage à retardement par les os.

Si les Ml provoquent une hypertonie, c'est peut-être une connerie que de boire trop d'eau tout le temps.
C'est comme manger trop de gluten, ça peut créer de symptômes.
Il suffit de baisser la dose pour résorber les symptômes.
D'ailleurs, c'est en buvant trop d'eau que l'on s'intoxique car le flux d'eau et d'ions est sans cesse montant.
Les reins écopent certes le surplus d'eau, mais ils n'abaissent la tonicité de la cellule en deçà de la pression de seuil pour essorer le contenu de la cellule.
La cellule est en crue permanente car les Ml retiennent anormalement un grand volume d''eau dans la cellule.
Ce serait un symptôme spécifique au cerveau car les cellules sont enfermées dans une boite.
La rehausse de la pression va vite comprimer les cellules les unes contre les autres, contrairement à un organe du tronc qui peut aisément s'étaler.
C'est peut-être de là qui viennent mes sur-sensibilités quand je secoue la tête.
D'ailleurs, elles disparaissent au moment de la déshydratation.


Je vais donc tenter de rester en isotonie (ni hypo-, ni hyper-)en buvant le minimum d'eau pour organiser un étiage.
Cela est peut-être mieux que ces grandes déshydratations puis rehydratations qui passent par des flambées de symptômes.
Par contre, là, c'est avec de l'eau minérale, de l'eau de Quinton et éventuellement des jus de légumes pour reminéraliser sans cesse.

Toad

Messages : 23
Date d'inscription : 20/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Luc le Lun 15 Jan 2018 - 19:48


Malheureusement, je ne peux pas vraiment t'aider pour cette thérapie.

Désolé
Luc
Luc
Fondateur

Messages : 4664
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://jeune-et-sante.forumcanada.org/

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Toad le Mar 16 Jan 2018 - 4:08

Luc a écrit:
Malheureusement, je ne peux pas vraiment t'aider pour cette thérapie.

Désolé


Il n'y a pas à être désolé, je comprends.

Toad

Messages : 23
Date d'inscription : 20/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Fred33 le Dim 3 Fév 2019 - 15:28

J'arrive peut-être un peu tard, mais quand le forum Mélodie parle de jeûnes longs qui se sont mal passés, ils parlent de jeûnes de combien de temps ? Sinon d'après le bouquin de Filonov sur le jeûne sec, il semble que ça accélère le travail des mitochondries, ce qui est exactement le but de la méthode du Dr Shade contre les ML. Sauf que là c'est plus rapide et ça coûte beaucoup moins cher. Mais il faut compter 5 jours.

Fred33

Messages : 46
Date d'inscription : 11/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty TOXICOLOGIE EN TOC

Message  Toad le Jeu 15 Oct 2020 - 6:31



Bonjour aux jeûneurs.
Je reviens parler un peu de métaux-lourds, je place ici un petit pamphlet très courtois qui milite pour la bonne santé.
Bien que la France soit évoquée, le défaut de diagnostic fiable d'une intoxication concerne tous les pays.
Cependant, il existe une tolérance envers les diagnostics fiables dans de nombreux pays mais cette tolérance fait défaut en France.
Par exemple, en Allemagne et dans de nombreux autres pays frontaliers, le diagnostics post-chélation des métaux-lourds est autorisé.

Et merci, Fred, pour ces infos.




TOXICOLOGIE EN TOC


    Voici un pamphlet traitant des conséquences des lacunes scientifiques sur la santé publique en matière de toxicologie des métaux-lourds.


SE MÉFIER DES CERTITUDES


    Contrairement aux certitudes de tous, y compris à celles des médecins généralistes, les valeurs de référence de la charge corporelle en métaux stockés dans la population générale sont encore ignorées par la toxicologie conventionnelle. De cela, il en découle que la charge toxique en métaux stockés (dont les métaux-lourds) n’existe officiellement pas. Aux yeux de la médecine conventionnelle et aux yeux de la toxicologie conventionnelle, faute de valeurs de référence, une personne porteuse d’un inquiétant stock de métaux en excès par rapport à une personne en bonne santé n’est donc pas considérée comme intoxiquée.


RÉFÉRENCES DES ANALYSES BIOLOGIQUES


    Afin de donner une existence officielle à une analyse médicale biologique, il est indispensable que des valeurs de référence de la charge corporelle en population générale soient établies. Par exemple, une concentration en globules rouges relevée chez un individu est appréciée en comparaison à une fourchette de valeurs de référence issues d’une population générale en bonne santé. Sans référence spécifique, le relevé est non-interprétable. Or, les valeurs de référence de la charge corporelle pour tout métal stocké dans la population générale, dont l’établissement se fait simplement par des analyses biologiques post-traitements des métaux, n’ont pas encore été établies. Faute de valeurs officielles de référence, la comparaison est impossible. Faute de comparaison, une personne qui excrète une valeur inquiétante de mercure par le traitement des métaux est nécessairement considérée en bonne santé par incongruité administrative. Par la même occasion, les stocks de métaux en excès sont officiellement acquittés de toute accusation de co-facteur des maladies chroniques, autisme, Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaque, fibromyalgie, …


L’ICEBERG


    Il existe certes un diagnostic validé pour les métaux. En analysant le sang, ce diagnostic se cantonne à la partie émergée de l’iceberg. Lors d’un diagnostic validé, les métaux en excès, indésirables, stockés et fixés en nuage dans un organe, passent tous inaperçus. Le traitement permet justement de chasser peu-à-peu ce nuage et d’excréter la partie chassée par voie naturelle. Les analyses biologiques post-traitements sont donc pertinentes pour déceler ces nuages. Seules des analyses biologiques post-traitements permettent de déceler un inquiétant stock de métaux sédimentés par des années d’intoxication douce dont les symptômes se manifestent par des moindres changements jusqu’à éventuellement des phases aigües tardives et durablement répétitives. Selon les sociétés de toxicologie, l’administration du traitement des métaux augmente l’excrétion des métaux chez tous (1). Comme les conditions d’analyses sont différentes, les références du diagnostic sans traitement ne peuvent donc pas être reconduites pour les analyses biologiques post-traitements. « La comparaison des concentrations mesurées dans ces circonstances aux valeurs de référence en population générale est évidemment erronée » (1). Faute de références spécifiques, les analyses post-traitements se retrouvent donc orphelines de valeurs de référence.  Mais quelqu'un qui excrète 50 microgrammes de mercure pendant 5 ans post-traitements n'est pas à mettre dans le même panier que celui qui n’excrète que quelques microgrammes de mercure au cours d’un seul et unique traitement. Dans cette lacune, le vieil adage « c’est la dose qui fait le poison » a été oublié.


NON RECONNAISSANCE


    Faute de valeurs de référence de la charge corporelle en métaux stockés dans la population générale et en dépit de la toxicité intrinsèque du métal, le mercure stocké, l’arsenic stocké, l’aluminium stocké, le cadmium stocké et tant d’autres métaux stockés chez un individu ne sont donc pas reconnus par la toxicologie conventionnelle comme toxiques à n’importe quelle dose, ni à long terme, ni à retardement, ni dans l’immédiat. Cela est un effet direct et implacable de l’absence des valeurs de référence spécifiques aux analyses biologiques post-traitements.Faute de valeurs de référence dans la population générale de la charge corporelle en métaux stockés, les valeurs inquiétantes qui surgissent uniquement lors des analyses biologiques post-traitements sont frappées de nullité. Comme son sang est négatif, une personne intoxiquée par des stocks de métaux dans un organe n’est donc ni traitée, ni reconnue par la toxicologie conventionnelle. Faute de valeurs de référence et en dépit de symptômes très lourds, un toxicologue conventionnel doit déclarer qu’une valeur inquiétante de mercure excrété chez un patient lors d’un traitement des métaux ne constitue pas un motif de reconnaissance d’une intoxication, ni de traitement. De plus, la clinique n’attribue officiellement pas les symptômes à l’excès de mercure. Les causes des symptômes sont donc prétendument inconnues.


ILLUSTRATION : AMALGAMES DENTAIRES


    Bien que la corrélation entre la charge corporelle de mercure stocké et entre les amalgames dentaires présents en bouche ait été établie par des études scientifiques (2), la toxicologie conventionnelle conclue que, à cause de l’absence de valeurs de référence dans la population générale de la charge corporelle en métaux stockés, les amalgames dentaires ne provoquent pas d’intoxication au mercure. Faute de valeurs de référence, il n’existe officiellement pas d’intoxication. Une intoxication est une valeur au-dessus de la référence. Sans référence à partir de laquelle une toxicité est définie, un préoccupant milligramme de mercure stocké dans le corps est officiellement non toxique.


ACQUITTEMENT AUTOMATIQUE


    Les circonstances d’intoxications sont nombreuses. Faute de valeurs de référence de la charge corporelle dans la population générale en métaux stockés, les excès de métaux accusés de provoquer l’autisme par les familles de victimes des vaccins sont systématiquement acquittés par la toxicologie conventionnelle.En dépit que, pour Alzheimer et pour Parkinson, l’excès de métaux stockés soit diagnostiqué post-mortem à l’autopsie du cerveau, la toxicologie conventionnelle conclue que, faute de valeurs de référence de la charge corporelle des métaux stockés dans la population générale, les excès de métaux relevés post-mortem ne sont pas des co-facteurs de ces dégénérescences du vivant du patient. Selon la toxicologie conventionnelle, ces malades, dont le nombre atteint 20% d’une génération, ne sont donc pas à désintoxiquer.La sclérose en plaque, l’arthrose, l’électro-sensibilité, et tant d’autres maladies sont frappées de la même sanction. Les expositions professionnelles sont également concernées. Faute de valeurs de référence, les stocks de métaux en excès sont systématiquement acquittés. Tant que les valeurs de référence ne sont pas établies, l’acquittement est automatique.


CENTRES ANTIPOISON


    Parce qu’elle apparaît dans le sang, une intoxication par une ingestion accidentelle de métaux-lourds est traitée par les centres antipoison. Mais, en dépit de lourds symptômes caractéristiques d’une lourde intoxication aux métaux-lourds assortis d’un diagnostic sanguin négatif, les centres antipoison français concluent que la nécessité de traitement n’est pas établie. Y compris avec des valeurs très inquiétantes post-traitements, les centres antipoison, qui sont les seuls services français à pratiquer un traitement des intoxications des métaux-lourds, appliquent légitimement un barrage aux personnes qui présentent des analyses biologiques post-traitements. L’urgence n’étant pas établie, le centre antipoison refuse donc de traiter. Sous condition de renoncement à la reconnaissance de l’intoxication, les centres antipoison ont certes parfois admis quelques cas. Cependant, ces centres ont systématiquement refusé l’accès aux soins aux personnes qui, pensant bien faire, prétendaient que la source de l’intoxication parvenait des amalgames dentaires.En 2015, le centre antipoison de Marseille a proféré des menaces publiques (3) à un médecin hospitalier qui traitait officiellement les personnes dont l’intoxication était révélée par les analyses biologiques post-traitements. Suite à cela, le médecin menacé a fermé son service dans la précipitation (4). Encore à ce jour, ces menaces triomphent sur la plateforme scientifique en ligne des centres antipoison. C’est donc avec zèle que les centres antipoison rappellent que seul le diagnostic validé, avec lequel les stocks inquiétants de métaux passent inaperçus, fait foi d’intoxication. Avec une brillante démonstration, les sociétés de toxicologie confirment cela en invoquant que les valeurs des analyses biologiques post-traitements augmentent chez tous (1). L’absence de tolérance des diagnostics post-traitements, qui décèlent les stocks inquiétants de métaux, est donc rigoureuse.


PÉRIL  


    Les diagnostics validés (non représentatif de la charge corporelle) sont confortés par les sociétés de toxicologie de façon à ce que des milliers d’intoxiqués ne soupçonnent pas le péril en cours. Or, en dépit du manque de valeurs de référence, de nombreux pays européens (Belgique, Allemagne, Suisse, …) ont opté pour la prise en compte des métaux excrétés lors des analyses biologiques post-traitements. Outre l’admission dans leurs centres antipoison, des cliniques se sont spécialisées dans la désintoxication des intoxications chroniques. Qu’il sied mal à des médecins français de ne pas traiter les causes des maladies par impasse réglementaire. C’est la guérison qui fait que les médecins sont admirés, mais ces pratiques suscitent la stupeur et elles empêchent à ce que le monde se déroule dans les meilleures conditions de santé. En dépit qu’un diagnostic fiable existe et en dépit qu’un traitement existe, les personnes victimes de stocks de métaux en excès s’ignorent. Avec des diagnostics en argile peinte, ces personnes s’orientent donc vers des complications chroniques et inextricables.



CONCLUSION


    Faute de valeurs de référence de la charge corporelle en métaux stockés dans la population générale, la toxicologie conventionnelle est donc en toc.



RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES


    (1) «  Diagnostic des intoxications par des métaux ou des métalloïdes et mésusage des chélateurs », STC, SFTA, 2015,  sciencedirect.com : « La majorité des éléments métalliques sont présents et mesurables chez la plupart des individus et l’administration d’un chélateur en augmente l’excrétion urinaire chez tous : la comparaison des concentrations mesurées dans ces circonstances aux valeurs de référence en population générale est évidemment erronée. »(2) CHELATION THERAPY, 2016, Ch. 4.16.2 : « Aposhian et al. (1992) used the DMPS mobilization test to study Hg exposure and systemic Hg load in populations without occupational Hg exposure. In a group of volunteers a statistically significant correlation was observed between the “amalgam score” (number and size of dental amalgam fillings) and the DMPS-provoked urinary excretion of Hg. ».(3) « Dosages urinaires post-chélation des métaux lourds et pseudoscience : il faut agir ! » Centre antipoison de Marseille, 2015, sciencedirect.com(4) « L’hôpital public abandonne plusieurs centaines de patients qui frappaient à ses portes », La veille des acteurs de la santé, Non au mercure dentaire, 2015.



Toad

Messages : 23
Date d'inscription : 20/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations Empty Re: Détox des métaux lourds par répétition de mini-déshydratations

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum