Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Message  Joe' le Ven 1 Fév 2013 - 21:01

Bonjour,

J'étais déjà actif sur le groupe SkyDrive, mais je ne le trouvais plus jusqu'à découvrir son transfert ici !

J'avais tenté un jeûne de 6 jours pour une première expérience, et avec un peu d'espoir de faire disparaître mes lipomes. Je dois en avoir entre 50 et 100 répartis surtout sur la ceinture abdominale et le bas du dos. Mais j'en ai bien d'autres vraiment petits un peu partout, joues (assez gros et gênant...), cou, bras, etc... bref, la totale.

Apparemment, les problèmes de peau seraient plus fréquemment soignés lors de jeûnes d'une durée de deux à trois semaines.

Hors, je prévois de tenter un jeûne de ce type à la fin de mes études l'année prochaine s'ils n'ont toujours pas disparu.

Autrement, m'intéressant à l'alimentation, et notamment un type l'alimentation "naturelle", "animale", j'en suis venu à pratiquer le jeûne intermittent et la paléonutrition Je jeûne donc 24h par jour 4x/semaine, avec un repas unique (mais très conséquent) lors de ces journées. Les 3 autres jours je fais deux repas, car je pratique un sport très intense et tente de prendre du poids.

Ce qui m'amène à vous poser cette question : connaissez-vous le jeûne intermittent ? ses effets à court / moyen terme ? (je serai ravi de vous en faire part). Mais surtout ses effets à moyen / long terme ?

En fait, le jeûne intermittent pratiquer sur plusieurs mois/années peut-il avoir les bénéfices d'un jeûne à l'eau ?


Je vous remercie d'avance, j'adore ce que vous faîtes, et je tente autour de moi de parler du jeûne chaque fois que j'en ai l'occasion ^^

A bientôt !

Joe'

Messages : 5
Date d'inscription : 01/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Message  admin2 le Sam 2 Fév 2013 - 9:46



Bienvenue à nouveau!

Quel était ton pseudo sur l'ancien site?

Les réactions cutanées (ex. kératoses) sont souvent des réponses de l'organisme tentant d'éliminer les agents toxiques (ex. Imuran, un médicament immunosuppresseur anti-rejet provoque ce type d'effet*); elles peuvent prendre différentes formes. On pourrait même dire qu'elles indiquent que l'organisme se défend bien mais qu'il ne parvient pas, par les autres moyens d'excrétion à se débarrasser de ce qui l'empoisonne. À noter que je ne suis pas médecin, ni naturopathe mais c'est ce que j'ai pu lire au fil des années.

Curieusement, même si le jeûne réussi habituellement à les éliminer, certaines excroissances ne disparaissent pas lors d'un jeûne d'une semaine ou deux; sans doute qu'un long jeûne en viendrait à bout. À titre d'exemple, mon épouse qui avait deux petites verrues, exécuta un jeûne de 21 jours en novembre dernier qui en fit disparaître une mais l'autre diminua seulement. Nous avons vu, chez une dame, deux excroissances semblables disparaitre en 3 ou 4 jours de jeûne. Shelton écrit :

"Au cours de ma popre expérience, j'ai vu de nombreux fibromes de l'utérus et du sein, des lipomes sur diverses parties du corps, des épithéliomes tout un groupe de myomes et d'autres tumeurs être autolysés et disparaître pendant un jeûne entrepris par le malade. J'ai vu des verrues disparaître en cours de jeûne et j'en ai vu d'autres sur lesquels le jeûne semblait n'avoir aucun effet. Je n'ai jamais vu un grain de beauté affecté par le jeûne. J'ai vu des kystes complètement dissous par le jeûne et d'autres réduits."

Tant qu'au jeûne intermittent, ou encore à la prise d'un seul repas par jour, certains le pratiquent et ça depuis plusieurs années. Bernard Clavière, auteur du livre "Et si on s'arrêtait un peu de manger ... de temps en temps" ne prend qu'un repas par jour depuis des décennies; il s'en porte très bien.

Sur l'actuel site, une discussion sur ce sujet (jeûne modulé) a été abordée : http://jeune-et-sante.forumcanada.org/t246-jeune-module

On peut penser que cette façon de faire soit très efficace, peut-être même aussi efficace qu'un jeûne uniquement à l'eau, même si personnellement, le jeûne intégral soit à mon avis, l'arme la plus puissante contre la maladie.

* Facteurs de risque de kératoses : une immunosuppression - la capacité de l'organisme à reconnaître et combattre les cellules anormales est réduite quand le système immunitaire est affaibli (par ex. par des médicaments qui empêchent le rejet d'un greffon ou par une chimiothérapie, ou le SIDA), les cellules dont les gènes ont été modifiés peuvent alors croître et former des lésions;

http://sante.canoe.ca/condition_info_details.asp?disease_id=296



admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Message  Joe' le Sam 2 Fév 2013 - 10:03

Merci bien pour cette réponse aussi rapide que complète =).

Je vais aller faire un tour sur l'autre discussion et continuer de me pencher sur la question.

Je ne sais plus sous quel nom j'apparaissais. Peut-être bien jordanjanisson, ou freakkitchen, voire freakykitchen...

Joe'

Messages : 5
Date d'inscription : 01/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Message  admin2 le Sam 9 Fév 2013 - 10:54




Tu sembles être informé sur le jeûne intermittent, il serait intéressant de connaître ton opinion sur ce sujet.

Au plaisir!





admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Message  Joe' le Sam 9 Fév 2013 - 16:45

Bien informé sur le sujet est un bien grand mot, mais je peux vous faire partager mon opinion, mon expérience, et ce que j'en sais


Personne ne pourra me faire changer d'avis là-dessus, le jeûne intermittent est bon pour la santé. Pourquoi ? Car notre corps est fait pour fonctionner ainsi. Ce n'est pas en 10 000 années d'agriculture qu'on a pu changer notre corps, qui a fonctionné pendant 7 millions d'années en jeûnant par intermittence. De plus, il faut environ 1 million d'années pour changer 0.5% de notre ADN, voyez le ridicule de croire que notre corps s'est adapté aux céréales qu'on cultive et à notre mode d'alimentation (occidentale surtout).

Il suffit de le pratiquer une à deux semaines pour en ressentir les bénéfices : meilleure attention, meilleure vigilance, gain de temps, plus d'énergie...

Aller, entrons un peu dans la théorie :

"Mais moi j'ai toujours faim, je ne pourrai jamais..." : Faux. La ghréline, hormone responsable de la sensation de faim est secrétée par habitude et non par nécessité. Donc après une petite période d'adaptation la sensation de faim, aux horaires de vos anciens repas, disparait.
"Mais je fais de l'hypoglycémie, ce n'est pas pour moi" : Faux. Le jeûne intermittent permet une meilleure régulation de la glycémie, et surtout, engendre une meilleure sensibiité de l'insuline. Le résultat : moins de chance de stocker dans les graisses puisque votre taux d'insuline va diminuer, et l'hypoglycémie deviendra du passé (je précise au passage, une maladie en moins facilement évitable, deux, avec l'obésité, trois, avec le diabète de type II...)


"J'ai besoin d'énergie ! je vais me sentir fatigué sans manger" : Faux, pour de nombreuses raisons. Tout d'abord, après 12h de jeûne votre corps va secréter plus de catécholamines (ce groupe d'hormone qui inclue notamment l'adrénaline et la noradrénaline). C'est pourquoi votre vigilance augmente, votre esprit est plus vif, et vous avez donc plus d'énergie. D'un point de vue évolutionniste c'est plutôt normal, il fallait bien chasser, donc moins vous mangiez, plus vous deviez être vigilant pour rechercher la nourriture, et chasser. J'ajouterai en plus que pour des raisons évidentes, ne pas manger "libère" de l'énergie, puisque vous ne l'utilisez pas pour digérer vos nombreux repas.

Après je ne sais pas si ce sont ces hormones qui sont responsables de ce fait, mais votre métabolisme augmente, et votre rythme cardiaque au repos diminue.


"Je fais de la musculation/beaucoup de sport, je vais perdre mes muscles !" : Faux. Le catabolisme musculaire ne commence qu'après environ 24h à 48h de jeûne... De plus, la catabolisme subit lors d'un entraînement intensif est largement compensé par une meilleure réponse anabolique dans la période qui suit l'entraînement (jusqu'à des dizaines d'heures).
Pourquoi ? Sans rentrer dans le détail et en vulgarisant (fortement): la voie mTOR est indispensable à la synthèse protéique, sans elle, pas d'anabolisme, même si c'est loin d'être le seul facteur de croissance/maintient musculaire. La voie AMPK est un régulateur d'énergie, elle agit sur l'utilisation du glucose, et des tryglycérides, entre autres.
L'AMPK est stimulée lorsqu'elle est privée de nutriments, et va donc elle, stimuler l'oxydation des acides gras (perte de graisse) quand vous jeûnez. Quant à mTOR, elle est fortement activée pendant et suite à un entraînement, sans inhiber AMPK. Donc meilleure réponse anabolique en jeûnant (même si la catabolisme de l'entraînement est supérieur sans nutriment à disposition), et perte de graisse facilité avec entraînement à jeûn.

De plus le taux de GH (growth hormone), augmente d'environ 2000% chez l'Homme, et 1300% chez la femme après 24h de jeûne. Donc si cette hormone joue un rôle sur la construction/réparation musculaire, autant dire que le jeûne est aussi bénéfique pour les muscles ! (pourquoi ne le serait-il pas, d'ailleurs ??)

"Les cancers n'existaient pas avant l'agriculture" : Vrai =). Le corps qui reçoit de l'énergie (mange) trop souvent, va préférer détruire ses cellules et fabriquer de nouvelles à la place. Alors qu'en jeûnant régulièrement, le corps doit conserver plus d'énergie. Il préférera donc réparer ses cellules endommagées plutôt que de les détruire pour de nouvelles. Ainsi, moins de chance de mauvaise copie de l'ADN, moins de risque de cancer. (Saviez-vous que votre corps éliminait environ une dizaine de cancers par jour ? Peut-être plus avec 3 repas par jour, peut-être moins en jeûnant )


Je dois certainement oublier d'autres points, mais c'est déjà un bon début, et ça me fait plaisir de partager ça avec vous. Si vous souhaitez des sources pour étayer mes arguments je peux en trouver. Mais pour des raisons évidentes les industries alimentaires et pharmaceutiques ne paieront pas de recherches concernant le jeûne intermittent ; car le jeûne limite la surconsommation, que l'industrie alimentaire adore, et il nous protège des maladies, laissant l'industrie pharmaceutique sur la carreau. Dîtes adieu aux médecins.

Il existe néanmoins des études qui prouvent que le jeûne intermittent diminue les maladies cérébrales (Alzheimer, Parkinson...), par une plus grande secrétion de corps cétoniques. Qu'il réduit les inflammations, ischémies, infarctus... Qu'il réduit le vieillissement cellulaire... Il augmente aussi le taux d'adiponectrine (cardio-protecteur)... Bref, je m'arrête sinon je n'ai pas terminé ^^

Pour terminer, je vais conclure sur ce qui m'a le plus poussé à m'intéresser au jeûne : un animal qui tombe malade s'arrête instinctivement de manger. Malgré que je sais aujourd'hui plus de chose, cet argument m'a convaincu que le jeûne était bénéfique alors que je ne savais rien de plus à l'époque.

Maintenant ce que j'aimerai savoir, c'est au bout de combien de temps de jeûne l'autophagie démarre t-elle ? Pour savoir s'il serait préférable de faire des jeûnes répétés de 16-22h, ou plutôt des jeûnes de plusieurs jours, pour pouvoir profiter de ses bénéfices à long terme, et enfin voir disparaître ces kystes qui m'embêtent !!

Joe'

Messages : 5
Date d'inscription : 01/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Message  admin2 le Sam 9 Fév 2013 - 21:15

Merci pour ces informations concernant le jeûne intermittent. En fait, il n'y a pas vraiment de différence entre les observations faites sur ce type de jeûne et le jeûne intégral ininterrompu puisque tous les deux s'exécutent en absorbant que de l'eau, suscitant les mêmes résultats.

Maintenant ce que j'aimerais savoir, c'est au bout de combien de temps de jeûne l'autophagie démarre t-elle ? Pour savoir s'il serait préférable de faire des jeûnes répétés de 16-22h, ou plutôt des jeûnes de plusieurs jours, pour pouvoir profiter de ses bénéfices à long terme, et enfin voir disparaître ces kystes qui m'embêtent !!

Pour répondre à tes interrogations, le biologiste Jean Rocan écrit :

"Les deux premières journées de jeûne sont des journées de transitions, pendant lesquelles on s'acclimate graduellement au rythme du repos. Le travail de l'autolyse n'est pas encore profond, puisqu'en début de jeûne, on se nourrit des réserves nutritives contenues dans nos dix mètres d'intestins. En épuisant ainsi les réserves intestinales, l'intestin se vide et se nettoie; (...)

L'autolyse commence véritablement après l'épuisement des réserves intestinales. L'organisme doit alors se nourrir de ses réserves, bonnes et mauvaises, de ses foyers infectieux, de ses tissus endommagés; en recyclant la matière obtenue par la désinitégration des réserves et des tissus endommagés, notre organisme fait d'une pierre deux coups: il se régénère tout en se nourrissant.

Ce sont les pires foyers infectieux qui sont autolysés en premier, et les toxines les plus irritantes sont neutralisées. Notre organisme procède donc par la résolution des problèmes organiques les plus urgents, et l'autolyse démarre en grand."

À la lumière de ce qu'écrit Rocan, on peut penser que pour se débarrasser d'excroissances, un jeûne sans interruption serait probablement plus indiqué.






Dernière édition par admin2 le Sam 9 Fév 2013 - 22:04, édité 3 fois

admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Message  Joe' le Sam 9 Fév 2013 - 21:50

Effectivement il y a peu de différences avec le jeûne intégral, bien qu'on puisse profiter des effets bénéfiques tous les jours avec le jeûne intermittent, contrairement au jeûne de longue durée, qui est plus ponctuel !

Aussi, on peut se permettre de boire thé, café, sodas light, et plus généralement tout ce qui ne dépasserai pas 15-20kcal sur quelques heures. Au-delà de 20 calories le jeûne est rompu. Personnellement je buvais uniquement de l'eau pendant ma période de jeûne, pensant à l'autolyse, mais je vais pouvoir ajouter du thé occasionnelement =)


Concernant l'autolyse (je viens d'apprendre la différence avec autophagie), un grand merci pour cette réponse ! Mes espoirs de voir mes kystes disparaîtrent sur le long terme, grâce au jeûne intermittent, sont donc à revoir à la baisse :p

Vous aurez donc de mes nouvelles l'année prochaine, lors d'un jeûne d'une durée indéterminée visant à venir à bout de ces méchantes excroissances !

Bonne santé à tous

Joe'

Messages : 5
Date d'inscription : 01/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Message  admin2 le Sam 9 Fév 2013 - 22:34


J'imagine très bien l'exécution d'un jeûne intermittent une fois l'organisme bien nettoyé et régénéré suite à un jeûne intégral. Le jeûne intermittent deviendrait alors un jeûne d'entretien.

Mosséri écrit de son côté que plusieurs courts jeûnes ne sont pas aussi efficaces qu'un seul long jeûne. Il raconte le témoignage d'un jeûneur voulant éliminer l'arthrose :

"Il souffrait d'arthrose et de blocage un peu partout: colonne vertébrale, nuque, plante des pieds, etc. L'année précédente, il avait jeûné 56 jours, mais en plusierus étapes variables ne dépassant pas 15 jours de jeûne. Le résultat fut nul. Il fallait un jeûne long d'une seule traite pour aller jusqu'au fond du puits et le nettoyer à fond. Avec des jeûnes courts et répétés, on ne s'éloigne jamais de la surface du 'puits', on ne va jamais en profondeur. " Finalement, ce jeûner se débarrassa de son arthrose par un seul long jeûne.

Néanmoins, de son côté, Boudreau écrit que les jeûnes s'additionnent et que le travail autolytique reprend où il avait été laissé lors du jeûne précédent. Bien sûr, il faut que le temps entre les jeûnes ne soit pas trop long et qu'entre temps, l'alimentation et le mode de vie ait été correct.

Dans le cas donné plus haut par Mosséri où l'homme avait jeûné 56 jours en plusieurs étapes l'année précédente, on peut penser, à la lumière de ce qu'écrit Boudreau que ces nombreux courts jeûnes ont sans doute participé au rétablissement obtenu.







admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Message  Joe' le Dim 10 Fév 2013 - 6:43

C'est intéressant. Effectivement je trouverai ça logique aussi que les jeûnes s'additionnent, au moins dans une moindre mesure, et comme vous dîtes, si l'hygiène de vie "inter-jeûne" est bonne.

Dans mon cas je tenterai un jeûne long d'une traite, j'ai déjà pris cette décision. Parce que j'ai envie de tenter l'expérience sur une longue durée, d'abord. Mais aussi pour montrer aux médecins qui j'ai visité que ce n'est pas parce qu'ils ne savent pas comment soigner ce type de "maladie" qu'on ne peut pas la soigner du tout.

Merci pour ce complément d'information =)


Joe'

Messages : 5
Date d'inscription : 01/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Message  valérie H le Ven 15 Fév 2013 - 15:35

Merci pour toutes ces infos! C'est interessant et me fait repenser à ma manière de jeûner! merci

valérie H

Messages : 2
Date d'inscription : 26/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne intermittent, effets à moyen / long terme

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:08


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum