Sécrétions et excrétions durant le jeûne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sécrétions et excrétions durant le jeûne

Message  Luc le Ven 27 Juil 2012 - 21:25


Durant le jeûne, tous les émonctoires du corps humain sont utilisés afin de libérer les toxines: la salive, le suc gastrique, la bile, les sucs pancréatique et intestinaux, la transpiration, le mucus, l'urine ...

Shelton écrit :

La salive

"La salive est très diminuée. La salive passe, au cours du jeûne, de son alcalinité normale à un état neutre ou légèrement acide. Elle revient alcaline au retour de la faim ou après la reprise alimentaire.

Dans certains cas, la salive devient infecte et possède un goût très déplaisant qui cause même, parfois, des vomissements. Dans certains cas elle peut être épaisse, gluante, transparente, gélatineuse, visqueuses et ensuite grise, jaunâtre, verdâtre et même semblable à du pus."






Dernière édition par Luc le Ven 27 Juil 2012 - 21:38, édité 1 fois

Luc
Admin

Messages : 3463
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Le suc gastrique

Message  Luc le Ven 27 Juil 2012 - 21:28



Le suc gastrique

"La sécrétion du suc gastrique est continue pendant la plus grande partie du jeûne, mais sa quantité est fortement diminuée et elle est d'un caractère faiblement acide. Parfois sa sécrétion peut être stimulée par les facteurs habituels responsables de la 'sécrétion psychique'.

Dans les cas d'hyperacidité gastrique, le malaise gastrique continue et peut même augmenter pendant les trois ou quatre premiers jours de jeûne. L'hypersécrétion cesse cependant bientôt; le malaise diminue et finalement cesse entièrement, et après quelques jours supplémentaires de jeûne, l'alimentation peut etre reprise sans causer, cette fois, de douleur. Aucun autre moyen ne peut supprimer l'hyperacidité de façon aussi rapide et aussi sûre... D'autre part, j'ai vu quelques malades qui vomissaient en rejetant du suc gastrique, alors que le jeûne était en cours depuis deux ou trois semaines, ou même davantage." (Shelton)





Luc
Admin

Messages : 3463
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

La bile

Message  Luc le Ven 27 Juil 2012 - 21:42




la bile

"La sécrétion de la bile se poursuit habituellement pendant les premiers jours de jeûne. En fait, elle peut être sécrétée en quantités supérieures. Dans certains cas où l'organisme est très encrassé, la sécrétion de la bile augmente beaucoup, soit pendnt les premiers jours du jeûne, soit pendant son déroulement. Il est probable qu'elle soit envoyée dans l'estomac où elle cause des nausées et des vomissements.

Pendant le jeûne on constate souvent une cholerrhagie abondante (écoulement de bile) explulsée par les intestins ou par des vomissements... Normalement, la bile n'est déversée que dans les intestins que pour répondre à un besoin de la digestion. Elle est déversée quand le chyme quitte l'estomac et se déverse dans le duodénum. Si aucun aliment n'est ingéré, il n'y a pas de déversement de bile. Les physiologistes sont d'accord sur le fait que, lorsqu'un animal jeûne, il n' a pas d'écoulement de bile dans l'intestin. C'est probablement vrai aussi dans le cas d'un homme réellement en bonne santé, mais ce ne l'est certainement pas pour un homme malade." (Shelton)

Pour plusieurs, les nausées sont les principales causes de l'inconfort durant le jeûne.






Luc
Admin

Messages : 3463
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Signes nous renseignant sur l'intensité de la régénération

Message  Luc le Ven 5 Oct 2012 - 9:30


De multiples signes nous renseignent sur l'intensité de notre régénération interne: (Boudreau)

La soif: les mouvements importants d'élimination s'accompagnent d'une grande soif, car l'eau est le véhicule de l'élimination. La circulation lymphatique, qui draine activement les déchets et les toxines hors des tissus, est mise à contribution; la sueur est une autre voie d'élimination qui requiert de l'eau, de même que la filtration rénale. Quand l'élimination est intense, notre bouche est sèche et nous ressentons le besoin de boire davantage.

Les sécrétions des muqueuses: toutes les muqueuses haussent leur niveau de sécrétion pour drainer les déchets que le sang y dépose; la bouche, les yeux, le vagin, les oreilles, les bronches et les narines produisent des sécrétions plus abondantes selon les organes en nettoyage.

La peau: le teint, qui est un indice 'coloré' de l'élimination, s'anime de divers coloris au cours du jeûne. Le teint pâlit lorsque la circulation s'intensifie dans les organes internes en autolyse, au détriment de la circulation périphérique. Le teint jaunit lorsque le foie se détoxique, et se fait gris quand l'organisme élimine des résidus du tabac; il redevient rosé lorsque le corps est détoxiqué.

Le pouls: le pouls est plus rapide lorsque l'autolyse bat son plein. Il revient à la normale lorsque lesplus fortes poussées d'élimination sont terminées.

La température du corps: un corps plus chaud se défend avec ardeur; la hausse de la température corporelle favorise la multipliation des globules blancs, et accélère le dédale des réactions biochimiques de l'organisme.

Les odeurs: l'haleine devient très amère et la langue blanchit; les odeurs corporelles sont plus âcres (aisselles, urines, peau).



Luc
Admin

Messages : 3463
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Approche scientifique

Message  admin2 le Mer 10 Avr 2013 - 12:11


Pour ceux qui aiment les détails précis et les explications plus scientifiques, la thèse du docteur Duverney-Guichard nous en met plein la vue dans "Le jeûne, approche médicale et scientifique"


1.2.1.5. Modification de l'excrétion d'azote

L'excrétion totale d'azote comprend les pertes fécales qui deviennent nulles au cours du jeûne. Les pertes extra rénales (cutanées) qui restent faibles (inférieures à 0.5 g/j: l'azote urinaire enfin qui se décompose en :
 urée, créatinine ammoniémie, acide urique : produits habituellement mesurés.
 autres formes estimées à 0,5 g/j.

L'excrétion azotée peut donc être assimilée avec une faible marge d'erreur à l'azote urinaire. Elle diminue lorsque le jeûne se prolonge résultant en particulier des changements du métabolisme énergétique vers une préservation de la masse protéique. Il existe également des variations dans le pourcentage des différents constituants. Globalement, l'excrétion d'urée diminue au profit de l'ammonium celle de l'acide urique décroît, la créatininurie restant assez stable.

La diminution de l'urée et l'élévation de l'ammonium au niveau urinaire s'expliquent par la gluconéogenèse rénale qui contribue pour plus de la moitié à la production totale de glucose au cours du jeûne prolongé. Cette néoglucogenèse rénale dont le substrat est en premier la glutamine, aboutit è la production d'ammonium et non d'urée comme c'est le cas au niveau hépatique. Cette ammoniogénèse et trois avantages par rapport à l'uréogénèse 1) L'ammonium excrété est sous forme cationique tamponnant l'excès d'acides organiques produit par le jeûne et donc préservant la fuite de cations (K+). 2) L'ammonium peut être réabsorbé réduisant les pertes obligatoires d'N qui accompagnent l'uréogenèse hépatique, 3) La diminution de l'excrétion d'urée épargne le soluté urinaire majeur minimisant ainsi obligatoirement l'excrétion d'eau et les besoins d'apport d'eau. Confirmant le rôle de l'excrétion d'ammonium. HCNNAFORO montre chez 8 sujets obèses jeûnant depuis 14 jours que l'addition de 150 ml de bicarbonate de sodium et de 60 ml de chlorure de potassium entraîne une chute de l'excrétion d'N sous forme d'ammonium. Ainsi le plateau d'excrétion d'N ne représente pas obligatoirement un minimum non réductible lié au catabolisme protéique dans le but de la néoglucogenèse. STREJA (112) chez 7 sujets obèses au cours d'un jeûne total (+ 1500 ml d'eau + 16 meg Kcl + préparation multivitaminique) retient les modifications de l'excrétion azotée suivantes après 3 à 5 semaines :



Notre étude note une élévation de l'urée urinaire le 3e jour du jeûne 374 mmol/24 h puis des chiffres diminuant progressivement pour atteindre un minimum de 44 mmol/24 h le 29e jour. Les chiffres de la créatininurie sont en-deçà de la limite inférieure de la normale sauf à J3.

_________________________________________________

Dans son livre, le docteur Duverney-Guichard donne une multitude de tableaux montrant l'évolution de divers paramètres au cour du jeûne. Les analyses ayant débutées 5 jours avant le jeûne pour se terminer 5 jours après la 42e journée de jeûne.


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sécrétions et excrétions durant le jeûne

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:58


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum