Modifications chimiques durant le jeûne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Modifications chimiques durant le jeûne

Message  Luc le Jeu 4 Oct 2012 - 23:44



Les modifications chimiques durant le jeûne

Les modifications chimiques qui surviennent dans le corps en état de jeûne sont aussi remarquables que les modifications organiques. Il est tout à fait naturel que le corps qui jeûne perde certaines de ses substances, mais il ne perd pas tous ses éléments avec la même rapidité et, ce qui est le plus remarquable, une redistribution de certains d’entre eux se produit, ce qui est dû au besoin urgent de préserver l’intégrité des organes vitaux.

Le corps qui jeûne ne perd pas ses constituants inorganiques (minéraux) aussi rapidement qu’il perd les constituants organiques (graisses, hydrates de carbone et protéine). Il retient ces minéraux précieux, alors qu’il rejette son excès d’éléments acidifiants. Plus une substance a de valeur, et moins il s’en perd.

Il y a un simple transfert des substances minérales d’un endroit du corps à un autre. Tandis que le soufre et le phosphore diminuent dans les muscles, au cours du jeûne, à peu près aussi rapidement que les protéines, il y a une augmentation de la qualité de calcium de ces organes. Il y a une augmentation du pourcentage de potassium dans des parties molles du corps en général, pendant le jeûne. Ces faits montrent que les sels de potassium et calcium ne sont pas perdus aussi rapidement que certains autres éléments. L’excès de fer qui peut être contenu dans le régime est pris par les cellules du foie et accumulé par celles-ci. Il est probable que le fer libéré par la désintégration des globules rouges est aussi accumulé dans le foie et la rate, du moins il n’est pas excrété en grande quantité. La réserve de fer du corps, sous la forme d’hématosine, est relativement importante.

Que le corps possède une réserve considérable de fer, même dans l’anémie pernicieuse, est prouvé par la régénération rapide du sang et la grande augmentation d’hémoglobine et de globules rouges pendant un jeûne dans ce cas. Le fer libéré par la réduction des tissus est retenu dans le corps et n’est pas rejeté pendant le jeûne. Une quantité considérable de fer et proportionnellement d’autres éléments nécessaires sont utilisés pendant le jeûne, bien que le corps accumule beaucoup de ce fer dans la rate, le foie, les cellules de la moelle et dans de nombre accru de globules rouges. (Shelton)


Luc
Admin

Messages : 3468
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum