Autolyse des tumeurs (Shelton)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Autolyse des tumeurs (Shelton)

Message  Luc le Lun 22 Déc 2014 - 11:08

Tiré du livre "Le Jeûne" de H.M. Shelton

La désintégration autolytique des tumeurs

Trall affirmait que toutes les croissances anormales possèdent une moindre
vitalité que les tissus normaux, et qu’elles sont par conséquent plus facilement
détruites. Je pense qu’il est également vrai qu’elles ne jouissent pas d'une liaison
étroite avec le reste de l’organisme, car elles sont déficientes en apport nerveux
et sanguin. Cette déficience les prédispose à devenir les victimes du processus
autolytique. Les hommes ayant une longue expérience du jeûne sont en général
d'avis que les tissus anormaux sont désintégrés et éliminés plus rapidement que
les tissus normaux.

Les physiologistes ont étudié le processus d’autolyse, bien qu'ils n'en aient
suggéré aucun emploi pratique, sauf qu’on peut s’en servir pour maigrir.
Les physiologistes doivent «encore apprendre que par l’autolyse le corps
est capable de digérer des tumeurs et d’utiliser les protéines et les autres éléments
nutritifs qu'elles contiennent pour nourrir ses tissus vitaux. Pourquoi n'ont-ils pas
examiné ce sujet si important ? Les faits en sont connus depuis plus de cent ans.
II y a plus de cent ans, Sylvester Graham écrivait : « C’est une loi générale
de l'économie vitale, que lorsque, par un moyen quelconque, la fonction de décomposition
dépasse celle de composition ou de nutrition, les agents de décomposition
s'attaquent toujours en premier lieu aux substances les moins nécessaires à l’économie
et les éliminent; par conséquent, toutes les accumulations morbides, tels
que goitres, tumeurs, abcès, etc., sont rapidement réduites et souvent complètement
désintégrées à la suite de jeûnes prolongés ou d’abstinence sévère ».

Le processus d'autolyse peut avoir un grand intérêt pratique et il peut servir
à éliminer les tumeurs et autres excroissances. Pour bien comprendre ceci, le
lecteur doit savoir que les tumeurs sont constituées de chair, de sang et d’os.
Il existe divers noms pour indiquer les différentes sortes de tumeurs, mais ces
noms indiquent la nature du tissu dont la tumeur se compose. Par exemple, un
ostéome est fait de tissu osseux; un myome est constitué de tissu musculaire; un
neurome, de tissu nerveux; un lipome, de tissu adipeux; un fibrome, de tissu
fibreux; un épilhéliome, de tissu épithélial, etc. Des excroissances de ce genre
sont techniquement désignées sous le nom de néoplasmes (nouvelles croissances)
pour les distinguer des simples gonflements ou enflures. Une grosse boule au sein
peut n'être que l’enflure d’une glande lymphatique ou d’une glande mammaire.
Une telle glande, ainsi enflée, peut être fort douloureuse mais ce n’est pas un
néoplasme.

Les tumeurs étant composée de tissus du même genre que les autres tissus
du corps, elles sont susceptibles de désintégration autolytique, de même que
les tissus normaux, et elles se résorbent et sont digérées dans certaines circonstances
et en particulier pendant le jeûne. Le lecteur capable de comprendre
comment le jeûne peut réduire la quantité de graisse et de muscle, pourra également
comprendre comment il peut réduire une tumeur et même la faire complè-
tement disparaître. Il lui suffira d’apprécier le fait que le processus de désinté-
gration (autolyse) s'effectue beaucoup plus rapidement dans la tumeur que dans
les tissus normaux.

Dans « Notes on Tumors », un manuel pour les étudiants en pathologie,
Francis Carter Wood écrit : « On a noté qu’une faible proportion des tumeurs
malignes chez l'homme disparaissait spontanément. La majorité de celles-ci ont
disparu à la suite d’une intervention chirurgicale incomplète sur la tumeur — ou
bien la disparition a eu lieu au cours d'un état fébrile aigu, ou bien encore au
cours d'un dérangement profond du métabolisme, tels une cachexie extrême, une
ménopause artificielle ou le puerperium ».

Il n'est pas de changement dans le métabolisme plus propice à entraîner
l'autolyse d'une tumeur, maligne ou non, que celui provoqué par le jeûne.


Les causes citées par le Dr Wood comme étant responsables de la disparition
spontanée de tumeurs sont, pour la plupart, des « accidents » et ne sont pas sous
le contrôle de la volonté. Par contre, le jeûne peut être entrepris sous le contrôle
de notre volonté. Il est de règle que les tumeurs grossissent après les opérations.
Il est rare qu'il y ait disparition spontanée après opération. On peut dire la même
chose de la cachexie et de la ménopause. Dans les fièvres, il se produit une
autolyse rapide dans plusieurs tissus, et il s'effectue un grand travail de réparation;
mais il n'est pas en notre pouvoir de provoquer des fièvres à volonté. La
grossesse et l'accouchement provoquent de nombreux et profonds changements,
mais on ne peut certes, les recommander à des femmes malades pour se débarrasser
de leurs tumeurs. Même si cela était souhaitable, ce serait un procédé
hasardeux. Les effets du jeûne sont certains; il ne comporte pas de hasards
et travaille toujours dans la même direction.

Luc
Admin

Messages : 3466
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum