Jeûne et dépression

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeûne et dépression

Message  threonine le Dim 5 Jan 2014 - 18:09

Bonsoir,


Je suis ici pour parler de mon premier jeûne, et en comprendre les conséquences.
Il y a maintenant un an, lasse et lassée de mon quotidien, victime d'une dépression majeure qui s'éternisait et paralysait mon esprit, j'ai décidé de cesser de m'alimenter. J'en avais assez, de cette nourriture, assez de mon comportement compulsif, assez de vivre pour manger au lieu de manger pour vivre.


Je me suis donc lancée dans un jeûne de 14 jours, sans espoir, sans attentes. Je n'avais rien à perdre, j'étais sombre, suicidaire, mais trop lâche pour me tuer. Jeûner, c'était pour moi atteindre la quintessence de l'inaction ; j'étais déjà molle, inerte, j'allais parvenir au sommet de cette agonie silencieuse. Bref, passons la partie "dépressive".


Je suis fumeuse, je n'ai ni cessé de fumer, ni réduit ma consommation lors de ce premier jeûne. Les quatre premiers jours furent pour moi relativement difficiles, la faim, le besoin de manger, la fatigue, les maux de tête. A partir du cinquième jour, je me suis sentie apaisée, mais je dois avouer que la faim a torturé mon estomac durant une longue semaine. En fait, je n'avais pas envie de manger, et le concept même de la nourriture m'indifférait au plus haut point. Mais voilà, l'ogresse avait faim. Du huitième jour au onzième jour, j'étais sur un petit nuage, et je reprenais peu à peu le contrôle de mon corps et de mon esprit. Mon idylle s'est gâtée à la fin du onzième jour : malaise, migraine violente, vomissements d'une substance noirâtre. J'ai contacté le SAMU, expliqué ma situation, ai été rassurée ; mais le médecin, malgré ses félicitations quant à ce jeûne, m'a conseillée de l'interrompre immédiatement, la présence de sang coagulé dans mon estomac révélant un problème.
Rassurée malgré tout, j'ai choisi de poursuivre mon jeûne et de le mener à son terme. Du douzième jour à la fin du jeûne, je n'ai eu aucun désagrément, et tout était redevenu beau.


Un an après, je souhaite m'engager vers un jeûne de dix jours (je rêverai d'en faire un de 21 jours, mais mon entourage étant formellement opposé à ce genre de pratique, je ne dispose que d'une douzaine de jours en solitaire). De fait, mon premier jeûne semble avoir guéri...une dépression majeure de quatre ans. Sauf qu'un an après, quelques petits signaux semblent m'indiquer qu'ici et là et de temps à autre, un soupçon de souffrance vient me piquer le coeur, et j'ai peur de retomber dans les sables mouvants de la dépression. C'est pourquoi je suis déterminée à faire ce jeûne (bien que j'en aime également les autres dimensions), mais voilà, pensez-vous que dix jours de jeûne auront un quelconque effet ?


La première fois, c'était 14 jours, alors, dix jours feraient le poids ?
Je tenais également à ajouter les effets plus que positifs de mon premier jeûne : j'ai repris goût à la vie, j'ai changé mon mode de vie, d'alimentation et de pensée. Je suis devenue...heureuse ! Pas un bonheur superficiel, oh non ! Un bonheur à la fois simple et puissant, ce fameux bonheur qui me fait rayonner à l'idée d'être en vie, qui tourne ma tête vers le Soleil tout en admirant du coin de l'oeil une Lune mystérieuse. Qui me fait humer l'odeur des saisons et observer le monde avec un regard neuf.


Merci de m'avoir lue jusqu'au bout, si tant est que quelqu'un en ait eu le courage.


Threonine


Dernière édition par threonine le Mer 28 Jan 2015 - 16:38, édité 1 fois

threonine

Messages : 6
Date d'inscription : 05/01/2014
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne et dépression

Message  Luc le Dim 5 Jan 2014 - 18:42

Merci  pour ton témoignage et bienvenue sur le forum!

Comme tu as pu le constater le jeûne agit aussi bien sur le physique que sur le psychique; en fait tout l'organisme est intrinsèquement  lié.

Tout jeûne, court ou long améliore l'organisme à tout point de vue.  Si celui-ci est exécuté dans des conditions favorables, les résultats en sont maximisés, voire spectaculaires.

Il nous fera plaisir de t'accompagner durant cet éventuel jeûne.

http://jeune-et-sante.forumcanada.org/t164-que-fait-on-durant-le-jeune-2

Au plaisir de te lire!

PS. Voir quelques cas de "dépression vs jeûne" sur le forum : http://jeune-et-sante.forumcanada.org/f16p50-jeune-vs-problemes-de-sante-etudes-et-temoignages

Luc
Admin

Messages : 3463
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne et dépression

Message  Rolandfoire le Lun 6 Jan 2014 - 1:48

Bienvenue,

Tu as arrêté de fumer depuis ? , les effets du jeune serait encore plus bénéfique en arrêtant.

Mosseri dit que 3 jours de jeune peuvent sans peine venir à bout d'une envie de fumer.

A+

Rolandfoire

Messages : 59
Date d'inscription : 06/10/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne et dépression

Message  threonine le Lun 6 Jan 2014 - 6:00

Bonjour Rolandfoire,

Je n'ai pas cessé de fumer, pour deux raisons.
La première, c'est que j'avais et j'ai toujours une propension à me jeter dans les bras de la nourriture au moindre problème. Cela ne signifie pas que je suis totalement dépendante à la nourriture, simplement qu'au quotidien, j'ai du mal à m'en passer et que je m'en sers d'éponge à angoisse. Du coup, arrêter de manger et arrêter de fumer, c'était trop d'un coup ; je n'avais pas de souci à l'idée d'arrêter de manger, mais seulement parce que je pouvais me raccrocher à la cigarette.
D'autre part, je n'ai pas spécialement envie d'arrêter de fumer ; j'aime cette sensation, j'aime ce geste, et bien que ce soit nocif, que je tousse régulièrement et que je sois plus souvent malade depuis que je fume, ce sont des conséquences que j'accueille positivement. Je ne suis pas non plus une grosse fumeuse, et une dizaine de cigarettes par jour me suffit.

threonine

Messages : 6
Date d'inscription : 05/01/2014
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne et dépression

Message  Luc le Lun 6 Jan 2014 - 11:11


En effet, tel que l'écrit Rolandfoire, au bout de quelques jours de jeûne l'envie de fumer disparaît et ne devrait pas revenir. L'organisme se débarrasse de ses toxines dont la nicotine et la dépendance s'estompe graduellement. De toute façon, jeûner et fumer n'est nullement compatible ... c'est comme essayer de vider l'eau du bain alors que les robinets sont ouverts.


Luc
Admin

Messages : 3463
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne et dépression

Message  dacostabel le Mer 28 Jan 2015 - 16:25

lors de ce jeûne, avez vous arrêter tout traitement médicamenteux (anti dépresseurs anxyolitiques etc...)???

dacostabel

Messages : 3
Date d'inscription : 28/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne et dépression

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:08


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum