Jeûne et petite faiblesse

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeûne et petite faiblesse

Message  karenka le Mar 22 Oct 2013 - 10:20

Bonjour

Mon statut de diabétique et certainement une petite faiblesse me fait consommer tous les jours une vingtaine de grains de raisin.
Peut on qualifier ces 6 jours comme un vrai jeûne. ?

karenka

Messages : 4
Date d'inscription : 22/10/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne et petite faiblesse

Message  Luc le Mar 22 Oct 2013 - 10:55

Il vaudrait mieux ne rien consommer, uniquement de l'eau pour favoriser le rétablissement. Durant le jeûne, la glycémie revient habituellement dans les normales mais peut fluctuer à la baisse durant les premiers jours. Elle se stabilise à partir de la quatrième ou cinquième journée selon ce que nous avons pu observer chez certains jeûneurs. D'ailleurs, Duverney-Guichard en parle dans sa thèse.

Pour de nombreux auteurs, la courbe de la glycémie va montrer une diminution significative les premiers jours avant l'installation d'un plateau à un niveau proche des limites inférieures de la normale. Ainsi pour STREJA , la glycémie se stabilise à 0.79 g/I. Pour ROOTH la valeur moyenne de la glycémie chute de 0.63 g/I à 0.53 g/I (2.94 mmol/L après 4 semaines de jeûne.

Notre étude montre des valeurs basses de la glycémie proches des limites inférieures de la normalité. Ces valeurs paraissent s'élever discrètement au cours du jeûne.(Duverney-Guichard)
http://jeune-et-sante.forumcanada.org/t437-glycemie-et-jeune


Luc
Admin

Messages : 3472
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne et petite faiblesse

Message  Luc le Mar 22 Oct 2013 - 11:34

karenka a écrit:Bonjour

Mon statut de diabétique et certainement une petite faiblesse me fait consommer tous les jours une vingtaine de grains de raisin.
En jeûne, la fatigue ne peut pas être causée par une glycémie trop élevée car elle baisse dans les normales basses en début de jeûne pour finir par revenir dans les normales, tel que mentionné plus haut. On sait que la fatigue chez les diabétiques est provoquée par une glycémie trop élevée.

Beaucoup de jeûneurs ressentent de la fatigue durant le jeûne, peu importe qu'ils soient ou non en bonne santé.

Luc
Admin

Messages : 3472
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne et petite faiblesse

Message  Luc le Mar 22 Oct 2013 - 11:38

Boudreau écrit à propos de l'énergie disponible durant le jeûne :
 
"On peut effectivement maintenir presque toutes ses activités habituelles, surtout pour les obèses. Mais le jeûne ne devient pas plus efficace car le corps ne dispose ainsi que de l'énergie qu'il a économisée dans le travail digestif. Si ces personnes gardaient le lit, leur organisme disposerait d'une somme d'énergie double: celle qu'il employait pour digérer et celle qu'il employait pour travailler. De la sorte, l'élimination et les travaux de régénérescence se poursuivraient à un rythme très accéléré avec les meilleurs résultats.

Le jeûne actif n'est pas thérapeutique. C'est une question de calories et d'énergie. Pour se détoxiquer en profondeur, le corps a besoin d'énergie; or le travail musculaire multiplie de dix à vingt fois sa dépense énergétique par rapport à l'organisme en repos. C'est un coût énergétique très onéreux pour un organisme en jeûne qui vit de ses réserves.

Quand une personne marche, elle doit fournir des calories aux muscles longs de ses cuisses; la circulation sanguine est amplifiée dans les jambes en action au détriment des autres organes. Le débit sanguin dans l'organisme ne peut être maximal dans tous les organes à la fois. Lorsqu'il y a afflux supplémentaire de sang dans un organe en travail, il y a baisse dans un autre.

Un organe en autolyse a besoin d'un apport d'énergie important, et la circulation sanguine s'y intensifie. La personne qui jeûne ressent clairement cet accroissement localisé du débit sanguin; elle ressent un engorgement dans l'organe en autolyse. Si elle décide de courir, la circulation sanguine est immédiatement canalisée vers les muscles des jambes; l'autolyse cesse alors complètement dans l'organe où elle se déroulait.

Les processus d'autolyse sont exigeants. Le repos stimule l'autolyse et l'activité physique le freine. Il est donc nettement préférable de garder le lit en période de jeûne et de dormir le plus possible. En panne de sommeil, on se détend, on reste allongé et on rêvasse. Pendant que l'on se repose et que l'on dort, le corps se transforme, se rénove. (...) Ces activités réparatrices ne s'accomplissent pas non plus si l'on jeûne debout."

Luc
Admin

Messages : 3472
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne et petite faiblesse

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:01


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum