Médicaments : jeûne et sevrage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Médicaments : jeûne et sevrage

Message  admin2 le Lun 10 Juin 2013 - 10:01

Les médicaments et le jeûne (A. Mosséri)

Peut-on les cesser brusquement?

Il est préférable pour ceux qui prennent des médicaments en masse d'arrêter tous remèdes plusieurs semaines avant de jeûner. Sinon, il faut prévoir tout genre d'ennuis durant le jeûne. Toutefois, certains ne peuvent briser ce cercle vicieux qu'en rompant brutalement avec ces poisons et en jeûnant de suite. Dans ces cas, le jeûne ne doit pas être poussé au-delà de 2 à 3 semaines selon le cas.

Signalons en passant que les médicaments, le tabac, le café, les pilules de vitamines, etc., ont un effet dévastateur durant le jeûne: effet plus nocif que si l'on mangeait.

Il y a plusieurs années, après avoir surveillé des jeûneurs sans ennuis durant tant d'années, j'eus une série de jeûneurs qui commencèrent à saigner quelques jours après le début du jeûne. Ce fut pour moi un développement nouveau et inattendu. Mêmê inquiétant. Pourquoi les jeûneurs doivent-ils saigner soudainement? Je questionnai ces sujets et je découvris que dans tous les cas ils avaient l'habitude de prendre des anticoagulants. Les saignements n'ont pas duré longtemps. Aucune suite grave, mais cela souligne les dangers que comportent les médicaments.

Il est de même pour l'aspirine et tous les médicaments à base de salicylates. Le peuple amécicain est en train de sombrer devant l'autel du grand dieu nommé soulagement. En effet, plus on étudie les méfaits de l'aspirine, plus on saisit ses conséquences dévastatrices. L'aspirine endommage le sang et cause les hémorragies gastriques et intestinales ...

Parlons des épileptiques et de tous les névrosés qui ont subi durant des mois et des années des électrochocs et pris des médicaments, Shelton pense qu'il faut être prudent avec tous ces cas. Le jeûne court remplacera le jeûne long. Le seul danger, dans ces cas, c'est le développement d'une crise mentale qui peut durer, sous la forme d'une psychose véritable, de quelques heures à 3 ou 4 semaines. Le rétablissement spontané survient dans tous ces cas, mais il vaut mieux éviter ces crises.

Il y a une dizaine d'années, nous avons eu un ingénieur qui souffrait d'épilepsie et de troubles nerveux. Il jeûna 52 jours et développa à la fin de son jeûne une crise mentale de folie furieuse qui dura 3 jours. Cela nécessita une surveillance jour et nuit durant toute cette période. Il s'était rétabli totalement de cette crise et nous n'avions jamais eu le courage de lui dévoiler la nature de la crise car il n'en était pas conscient.

admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Hypoglycémiants, somnifères, laxatifs

Message  admin2 le Lun 10 Juin 2013 - 10:26

Les diabétiques méritent un peu qu'on parle d'eux. S'ils ont pris durant de longues années de l'insuline ou autre, le jeûne n'est pas possible car leur pancréas s'est totalement atrophié. Mais s'ils ont pris des médicaments durant plusieurs mois seulement, ils peuvent les arrêter en modifiant simultanément leur alimentation et ils peuvent ensuite subir un jeûne qui guérira totalement leur diabète. Ils n'auront plus de sucre dans le sang ni dans les urines, mais ils doivent éviter les sucreries et les farineux. On ne doit pas couper leur jeûne avec des fruits à cause du sucre. On utilisera des pamplemousses, des tomates et du lait caillé par la suite.

Nous avons eu des insomniaques qui prenaient des somnifères en cachette durant leur jeûne pour dormir. Leur cure de jeûne fut un échec total et ils ne purent pas se débarrasser de leurs insomnies. Par contre, ceux qui se sont abstenus de tricher, ceux qui ont pu supporter plusieurs nuits d'insomnies durant la première semaine de jeûne se voient récompenser et retrouvent peu à peu, et parfois même d'un seul coup, leur sommeil depuis longtemps désiré.

Les sujets qui ont pris tous les jours, durant des années des médicaments pour les intestins (laxatifs, médicaments contre les amibes, etc.) font souvent des complications très douloureuses durant leur jeûne. La muqueuse de leurs intestins décapée et privée durant des années de toute flore intestinale finit par se dégrader et ne plus remplir ses fonction de stockage des selles. Celles-ci se collent aux parois sèches du côlon et un bouchon très dur se forme qui devient très dur à déloger.

admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Peut-on cesser brusquement les médicaments?

Message  admin2 le Lun 10 Juin 2013 - 10:29

Peut-on cesser brusquement les médicaments?

On nous demande souvent si on  peut cesser brusquement les médicaments qu'on prend régulièrement tous les jours.  A de rares exceptions, nous conseillons toujours d'arrêter tout de suite tous les médicaments.  On ne gagne rien de continuer de s'empoisonner, même si on diminue les doses progressivement.

Pourquoi craint-on de cesser subitement les médicaments?  On craint simplement les réactions violentes de l'organisme, mais on ignore que ces réactions sont des symptômes d'élimination.  Le fumeur qui arrête de fumer se sent mal à l'aise, nerveux, irritable, car l'élimination du tabac produit tous ces symptômes.  Celui qui arrête de boire du café se sent abattu, las, ressent une migraine sourde, un esprit vaseux, etc.,  car ce sont là des symptômes d'élimination.  Celui qui arrête de boire de l'alcool fait tout de suite des symptômes violents de désintoxication et d'élimination.  Personne ne lui conseille de cesser de boire l'alcool par étapes progressives.  Tout le monde encourage l'ivrogne à cesser subitement l'alcool.

Dès qu'on cesse les médicaments et les drogues, le corps n'a plus besoin des moyens de défense qu'il a institués pour se protéger et se met à les disloquer peu à peu.  Ces moyens de défense sont: l’ulcère, le cancer, les tumeurs, l'artériosclérose, et toutes les maladies.  Cette élimination se produit en outre par des réactions violentes de l'organisme;  violentes mais profitables et bénéfiques. (Mosséri)


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Anticoagulants, tranquillisants

Message  admin2 le Lun 10 Juin 2013 - 23:07


Peut-on cesser brusquement les anticoagulants?

Nous avons fait cesser les anticoagulants à quelques cas sans ennuis, mais ayant eu connaissance de quelques cas mortels qui avaient cessé brusquement ces médicaments, nous demandons dorénavant à ces sujets d'aller progressivement. Nous n'acceptons ces cas qu'après cessation totale de ces poisons.
Il est certain que le jeûne désintoxique le sang et le rend par conséquent moins visqueux et plus léger. Le risque de faire un caillot diminue considérablement durant et après un jeûne.
Il est enfin probable qu'un demi-jeûne soit indiqué plutôt qu'un jeûne pour éviter une trop forte désintoxication qui chargerait le sang de trop de toxines à la fois. Il est plus prudent d'agir en douceur dans tous ces cas fragiles. Ou mieux encore, de les refuser.
Peut-on cesser brusquement les fortifiants cardiaques?
La faiblesse et la prostration rencontrées quand on retire brusquement les stimulants sont des signes de récupération et de relaxation sans danger. Le danger serait plutôt dans l'activité et la force apparente qui épuisent les dernières réserves avant l'effondrement mortel.
Le coeur est un muscle qui travaille sans relâche. Avec le jeûne, il ralentit un peu son rythme pour se reposer relativement.

Peut-on cesser subitement les somnifères et les tranquillisants?

Absolument. Il faut les cesser subitement. Nous en avons parlé à plus d'une reprise. Il n'y a aucun danger à les arrêter brusquement. Les résultats sont assez rapides et se font sentir en quelques jours. Le sommeil devient profond et prolongé. C'est ainsi que les insomniaques sont pratiquement les seuls qui dorment mieux durant le jeûne.
Le sommeil que provoque les somnifères n'est pas un vrai sommeil C'est plutôt une stupéfaction. Les nerfs sont assommés comme par un coup de matraque. Quant aux tranquillisants, les arrêter progressivement 3 mois avant le jeûne. Jamais subitement (crises violentes, camisole de force, etc.).

admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Laxatifs, insuline, aspirine, antibiotiques

Message  admin2 le Lun 10 Juin 2013 - 23:14

Peut-on arrêter subitement les laxatifs?

Il faut absolument arrêter subitement les laxatifs. Les intestins qu'on avait forcés à travailler sans relâche durant toutes ces années commenceront à se reposer. A la fin du jeûne, ils travailleront tout seuls sans besoin de les pousser.

À la rupture du jeûne, on pourrait avoir du retard pour évacuer. Cela peut durer jusqu'à 7 jours après avoir coupé le jeûne. Ne pas s'inquiéter, ni s'affoler, ne pas forcer beaucoup, ne pas insister. Les rations doivent rester très petites et il ne faut pas les augmenter tant que les premières selles ne sont pas sorties.
Les constipés ont une bataille à gagner. C'est de laisser leurs intestins fonctionner tout seuls, sans aide, sans laxatifs, ni lavement, ni suppositoires de glycérine, ni rien. Avec de la patience, ils gagneront cette bataille. Mais s'ils reviennent à leurs laxatifs, ils sont perdus!

Il n'est pas important d'aller tous les jours à la selle quand on se nourrit avec modération. Le corps rattrape le retard. Les constipés ont toujours obtenu sous notre surveillance un résultat spectaculaire avec le jeûne.

Peut-on arrêter brusquement l'insuline?

Ceux qui ont pris de l'insuline durant des années ont contribué à atrophier totalement leurs pancréas et ne peuvent plus se passer d'insuline sous peine d'en mourir.

Ceux qui ont pris l'insuline durant plusieurs mois peuvent l'arrêter brusquement à condition de régler en même temps ce qu'ils mangent, ou de jeûner immédiatement. Nous n'acceptons ces cas que s'ils arrêtent l'insuline chez eux des semaines avant de venir jeûner. Un arrêt progressif est parfois recommandé sur plusieurs semaines seulement.

Shelton avait l'habitude de prendre les jeûneurs qui absorbèrent de l'insuine durant des années en leur arrêtant brusquement ce remède. Il a rencontré tant de complications chez ces cas qu'il ne les prend plus. Deux années sur l'insuline est le maximum qu'il accepte.

Nos avons fait jeûner des diabétiques qui ne prennent pas d'insuline ni autre. Même à 60 ans, le rétablissement fut obtenu et le sang ne décelait plus aucune trace de sucre.

Peut-on arrêter brusquement l'aspirine?

Il faut absolument arrêter tout de suite avant de jeûner l'aspirine, même si les migraines redoublent d'intensité et deviennent intenables. Elles dureront toutefois pas trop longtemps, peut-petre quelques jours tout au plus. Ensuite, elles disparaîtront graduellement à jamais.

Peut-on arrêter brusquement les antibiotiques?

Les antibiotiques sont des médicaments qui arrêtent l'infection, mais sans l'éliminer. L'infection reste dans le corps et finit par produire des dommages considérables comme la paralysie et le cancer dans les cas les plus extrêmes.

Il faut stopper brusquement les antibiotiques et jeûner tout de suite. Le jeûne élimine l'infection et les microbes disparaîtront d'eux-mêmes. Bien sûr qu'en cas de blessures il faut absolument assurer le drainage quotidien de la blessure. Instituer le jeûne immédiatement sans antibiotiques. Aucune infection ne se développera car elle sera éliminée par les urines foncées, l'haleine fétide, etc.

En cas de fièvre, et quelle qu'en soit l'importance, instituer le jeûne de suite et arrêter tous les antibiotiques. Garder le lit bien au chaud. Ne pas quitter le lit. La fièvre très élevée n'est jamais dangereuse (le corps ne se suicide pas) si on laisse le corps agir à sa guise sans l'entraver avec des produits chimiques ou autres moyens contre nature. La fièvre est le moyen que la nature instaure pour éliminer les déchets toxiques. La nature connaît ses limites et ne dépassera jamais celles-ci. Elle a ses propres mécanismes de sécurité qui empêchent la fièvre de dépasser la limite de sécurité.

Tiré de "Jeûner pour revivre" d'Albert Mosséri




admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Médicaments : jeûne et sevrage

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:29


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum