Asthénie et jeûne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Asthénie et jeûne

Message  admin2 le Jeu 18 Avr 2013 - 18:20

Asthénie : affaiblissement de l'organisme, fatigue physique. Par extension, elle peut concerner l'état psychique, la libido ou l'intellect.

__________________________________________________

Dans sa thèse, le docteur Duverney-Guichard parle à propos de la fatigue durant le jeûne. Bien qu'il n'ait supervisé officiellement que deux jeûnes, un de 30 et un autre de 42 jours, il écrit :

L'asthénie physique est retrouvée constamment dans les différentes études concernant la grève de fa Faim ou les situations de dénutrition non volontaire.

Paradoxalement, elle n'apparaît que rarement dans les études sur le jeûne volontaire et le
régime hypocalorique réalisés en milieu hospitalier. Ce fait traduit peut-être une certaine partialité des observations ou plus certainement une façon de vivre différemment des situations à priori identiques (l'absence de nourriture).

II est de constatation courante que les «meneurs» de mouvement de grève de la faim qui pourtant s'agitent plus, parlementent, se déplacent, supportent beaucoup plus facilement cette situation, avec moins de fatigue que le reste du groupe qui ne fait que suivre, un peu contraint et forcé et dont les convictions sont peut-être moins vives.

BOLLER (I8) rapporte une expérience américaine d'un jeûne de 10 jours chez une quinzaine de personnes en ambulatoire où il ne fut noté aucune diminution du rendement dans le travail qui a été poursuivi, malgré une fatigabilité plus grande. Cette asthénie physique est souvent rattachée à un état de torpeur, d'apathie, d'affaiblissement de l'état général, parfois de prostration : comparable pour certains à l'asthénie addisonienne. II est en réalité plus juste de constater qu'il existe au cours du jeûne une fatigabilité accrue avec une incapacité à réaliser des efforts violents et/ou soutenus.

L'asthénie psychique n'est jamais décrite au cours du jeûne; au contraire beaucoup d'auteurs parlent d'un état d'euphorie à rattacher pour certains à l'état de Cétose, à la sécrétion importante d'endorphines pour d'autres.

tiré de "Le jeûne, approche médicale et scientifique"



admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Asthénie et jeûne

Message  admin2 le Jeu 18 Avr 2013 - 18:22

Quoiqu'en dise le docteur Duverney-Guichard, un bon pourcentage de jeûneurs ressentent une fatigue assez importante pour les tenir au lit. Il est cependant vrai que plusieurs ont de la difficulté à s'imposer un repos bénéfique, souhaitable et nécessaire à la régénération.

En ce qui a trait à l'asthénie psychique, ce qu'écrit Duverney-Guichard est un peu en contradiction avec les résultats de certains examens qu'il fit passer au jeûneur de 42 jours, où il constata les faits suivants :

2.2.3. Étude neuro psychologique

L'analyse des différents tests et épreuves pratiqués n'a pas montré de modification des performances au cours des 3 premiers examens. Par contre, à partir de la 4e semaine, on note une détérioration avec un abaissement des rendements à toutes les épreuves. Ceci n'est pas dû à une diminution des capacités intellectuelles, mais à une baisse de l'efficience liée à un ralentissement général.

On peut remarquer qu'il ne nota pas d'augmentation des performances psychiques durant les trois premières semaines et une diminution de celles-ci durant la quatrième semaine.


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum