Jeûne (le) instinctif chez l'homme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeûne (le) instinctif chez l'homme

Message  Luc le Dim 31 Mar 2013 - 16:13



Le jeûne instinctif (tiré du livre "Le Jeûne" de H. M. Shelton)


Plus que toute autre méthode, le jeûne est strictement naturel. C'est sans aucun doute le plus vieux de tous les moyens employés pour parer à ces crises de l'organisme appelées 'maladie'. Il est beaucup plus vieux que la race humaine elle-même puisqu'il est employé instinctivement par les animaux malades et blessés.

"L'instinct qui porte à jeûner pour se rétablir, dit Oswald, n'est pas limité à nos compagnons muets. C'est une observation courante que la douleur, les fièvres, les congestions gastriques et même les afflictions mentales coupent l'appétit, et seules les infirmères mal avisées essaient de contrarier ici le dessein de la nature".

La doctrine de dépravation totale a enseigné aux hommes à se méfier des impulsions de leurs instincts naturels, et tandis que cette doctrine disparaît lentement de la religion, elle est plus forte que jamais en médecine. Les impulsions de l'instinct sont ignorées et les malades sont bourrés 'd'aliments substentiels' pour 'maintenir leurs forces'.

"C'est une opinion générale, dit Jennings, que l'aversion pour la nourriture qui caractérise tous les cas de maladie aiguë, aversion qui est proportionnelle à la gravité des symptômes, est une erreur de la Nature qui demande l'intervention de l'art; d'où l'alimentation forcée sans tenir compte de l'aversion". Le Dr Shew déclarait: "L'abstinence est trop redoutée dans le traitement de la maladie en général. Nous avons de bonnes raisons de croire que beaucoup de vies ont été détruites par l'alimentation que l'on donne sans discrimination aux malades".

Dans le domaine humain, l'instinct ne prévaut que dans la limite où nous le lui permettons. Bien qu'une des premières choses que la Nature fasse à la personne atteint de ''maladie' aiguë soit d'arrêter tout désir de manger, les amis bien intentionnés du malade l'encouragent à manger. Ils peuvent apporter des plats appétissants et tentants pour flatter son goût et exciter l'appétit, mais le seul résultat qu'ils obtiennent c'est de lui faire grignoter quelques morceaux. Le médecin ignorant peut insister sur le fait qu'il doit 'manger pour conserver ses forces', mais Mère Nature, qui est plus sage qu'aucun docteur ayant jamais existé, continue à dire 'ne mangez pas'!

L'homme qui est malade, mais qui est capable de faire son travail, se plaint d'avoir perdu son appétit. Sa nourriture ne lui fait plus plaisir. C'est parceque ses instincts organiques savent que le fait de manger de façon habituelle augmente la maladie. L'homme pense que la perte de l'appétit est une grande calamité, et cherche un moyen pour le retrouver. En cela il est encouragé par médecin et amis, qui de même pensent faussement que les malades doivent manger pour se fortifier. Le docteur prescrit un tonique, avec bien entendu une suralimentation, et le malade va plus mal.









Luc
Admin

Messages : 3470
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum