Arthrose et rhumatisme : deux cas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arthrose et rhumatisme : deux cas

Message  admin2 le Sam 2 Mar 2013 - 12:11



Arthrose, rhumatisme

(courrier)
Ayant lu les ouvrages du Dr Shelton et de M. Mosséri je reconnus la véracité de leurs observations et enseignements. Sans apréhension quant à la difficulté de jeûner, je puis observer la cessation progressive de tous mes maux physiques: douleurs cervicales et lombaires (arthrose), état dépressif (angoisse, maux de tête violents, états de prostration, troubles nerveux).

L'ancienneté de cet état nécessita un long jeûne: 30 jours de jeûne intégral et 30 jours à l'eau parfumée de jus d'orange ou de pomme. Je dois préciser que durant toute cette période, je n'ai subi aucun soin particulier, ni traitements (purges, lavements), ayant eu seulement quelques difficultés dues aux évacuations intestinales survenues le 50 ième jour. B. R. - Niort

__________________________________________


Un an plus tard, ce jeune homme de 26 ans nous rendit visite. Son rétablissement a bel et bien été total sans aucune rechute.

Cetains cas de rhumatisme ne nécessitent que 15 jours de jeûne quand ils ne sont vieux que de 3 ou 4 ans et que les sujets n'ont pas été traités avec des médicaments.

Mais la méthode utilisée peut aussi déterminer le succès ou l'échec de la cure. C'est ainsi que Mme X, de Belgique, souffrait de rhumatismes depuis 2 ou 3 ans. Elle entreprit de jeûner sous la surveilance d'un médecin belge. Dès que les douleurs rhumatismales dans son dos s'exacerbèrent, il lui ordonna de rompre le jeûne. C'est ainsi qu'elle entreprit plusieurs jeûnes qui furent tous rompus dès l'apparition de fortes douleurs. Le résultat fut nul et son rhumatisme inchangé.

Elle vint jeûner sous notre suveillance. Les douleurs rhumatismales augmentèrent au bout d'une semaine de jeune, mais le jeûne ne fut pas rompu. En effet, ces douleurs signifient un appel de sang au siège affecté, sang nécessaire pour effectuer l'élimination des cristaux encrassants. La douleur est donc un bienfait. Il y a alors inflammation, chaleur locale, bref un travail intense d'élimination. Si on coupe le jeûne à ce moment précis, le corps n'aura pas à sa disposition toute l'énergie nerveuse nécessaire dont une partie ira vers les travaux digestifs. Il s'ensuit que l'autolyse se relâche et le rhumatisme persistera.

Voilà aussi pourquoi il n'est pas indiqué de masser ou d'exercer les jointures inflammées. L'immobilité est nécessaire à la poursuite salutaire de l'élimination. Et quand cette élimination aura été accomplie à fond et totalement, l'ankylose sera levée par la nature. Car l'ankylose est instituée par la nature avec raison pour immobiliser les endroits affectés dans le but d'entreprendre correctement l'autolyse. Le mouvement des jointures affectées empêche ce travail l'élimination.

par Albert Mosséri dans "Jeûner pour revivre"




admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum