Dépression, anxiété, pessimisme ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dépression, anxiété, pessimisme ...

Message  admin2 le Sam 2 Mar 2013 - 11:49



(courrier)

Voilà des mois que j'ai quitté votre Maison ... je vous écris pour vous remercier de votre accueil et de votre assistance.

Ce que je considère comme la véritable réussite de mon mois de jeûne est cet état de joie que j'avais connu lors de mon séjour chez vous et que je garde toujours, bien que soucis et ennuis m'aient déjà rudement bousculée après mes vacances.

Dites à vos jeûneurs que le pessimisme est vraiment un état physiologique et qu'à un corps remis en état correspond un esprit beaucoup plus sûr. E.P.V. Paris



_________________________________________


En effet, il suffit souvent d'un jeûne pour éliminer l'état toxémique des nerfs qui est à la base de la majorité des états de psychose et de névrose, sans qu'on ait besoin de recourir à la psychanalyse ou autres fraudes à la mode. Cette dame a jeûné 30 jours. La joie a remplacé le pessimisme dans son esprit.

Cela nous rappelle le cas de cet étudiant en médecine de 24 ans. Anxiété, névrose, pessimisme, dépression nerveuse, sensation d'échec et d'incapacité, découragement, tentatives de suicide. Il avait absorbé des médicamens en quantité depuis plusieurs années. Un jeûne de 60 jours dont 20 jours sur un jeûne presqu'intégral à l'eau n'a pas suffi à le désintoxiquer totalement.

En effet, à la fin de ce long jeûne, sa langue était encore trop blanche et son haleine fétide. Au bout des 40 premiers jours, il fut ajouté `a l'eau deux doigts de jus de carottes pour relancer l'élimination qui avait faibli. Les crises de foie se sont ainsi succédées la nuit durant quelques heures avec, en même temps, des dépressions nerveuses profondes, pour disparaître le matim. Nous faisions remarquer à notre jeûneur que les phases de dépression étaient accompagnées de douleurs hépatiques violentes, de langue chargée et d'urines fortes, donc d'élimination intensive. En effet, c'est la nuit que le corps reposé trouve les forces nécesssaires pour éliminer. Or les toxines éliminées par le foie sont rejetées dans le sang en masse, puis sont rejetées par l'urine. Or la présnce de ces toxines en trop grandes quantités dans le sang dérange le système nerveux: d'où les dépressions qui accompagnent ces phases d'élimination. Les dépressions sont donc des symptômes d'élimination qu'on peut atténuer en buvant un peu plus d'eau pour laver les reins et éviter que la concentration des toxines ne soit trop élevée et qu'elle ne perturbe le système nerveux. On sait, par analogie, qu'un milieu trop acide permet le passage de l'électricité dans les fils électriques plus rapidement. C'est la même chose qui se produit pour l'état nerveux du patient.

Malheureusement, certains médicaments à base métallique ne sont pas éliminables par le corps qui n'a pas été constitué pour éliminer l'argent, l'or, le mercure, etc., comme tous les métaux lourds qui empoisonneront l'organisme jusqu'à la mort.

Deux mois après, ce jeune homme nous téléphone. Il avait repris tout le poids perdu et voulait refaire un deuxième jeûne. Nous refusâmes car l'intervalle entre les deux jeûnes nous avaient semblé très court pour combler les réserves. Le poids retrouvé ne signifie pas que toutes les réserves 'essentielles' soient comblées. Nous nous sommes trompés peut-être dans ce refus, car Shelton fait jeûner une deuxième fois à quelques semaines d'intervalle seulement. L'effet d'un deuxième jeûne rapproché serait cumulatif et ne comporte aucun danger du moment qu'on le coupe avant les signes de l'inanition.

Tiré de "Jeûner pour revivre" (Mosséri)


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum