Réduction alimentaire et longévité : études contradictoires?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réduction alimentaire et longévité : études contradictoires?

Message  admin2 le Lun 11 Fév 2013 - 22:34



Pour vivre vieux, fuyons le jeûne ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (durée 4 min. 15)

De nombreuses études scientifiques récentes semblent mettre en évidence un lien entre régime hypocalorique et longévité. En 2009, une publication américaine² dans la revue Science est formelle : chez les macaques rhésus, manger moins prévient le risque de nombreuses maladies et allonge sensiblement la durée de vie.

C'était sans compter sur une autre équipe, toujours américaine, dont les résultats³ parus dans la revue Nature du 29 août, disent exactement le contraire. Selon l'Institut américain sur le vieillissement (National Institute on Aging, NIA) qui a étudié deux populations de macaques rhésus pendant près de 25 ans, le régime hypocalorique, s'il protège bien de certaines maladies, n'a aucune influence significative sur la durée de vie.

Selon les chercheurs, ce serait surtout la diversité de l'alimentation, plus que la quantité de calories ingérées, qui aurait un effet sur la longévité.

² [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
³ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réduction alimentaire et longévité : études contradictoires?

Message  admin2 le Lun 11 Fév 2013 - 22:47



Études contradictoires? Pas nécessairement lorsqu'on analyse les résultats des deux recherches.

Dans les faits, les deux recherchs arrivent aux mêmes résultats en ce qui concerne la maladie. Une réduction alimentaire réduit la maladie chez le macaque rhésus dans les deux études, mais pas nécessairement la longévité, selon la deuxième.

La deuxième étude donne un résultat plutôt paradoxal puisque les singes étant moins malades en raison d'un régime hypocalorique (de qualité), semble ne pas vivre plus longtemps que ceux mangeant davantage!

Finalement, même si la longévité est semblable, la qualité de vie du groupe mangeant moins est meilleure que celle du groupe témoin puisque le premier groupe vit en meilleure santé. Logiquement, ce groupe devrait vivre plus longtemps, tel qu'observé dans la première étude.




admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum