Jeûne (le), un phénomène naturel bien orchestré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeûne (le), un phénomène naturel bien orchestré

Message  admin2 le Mer 6 Fév 2013 - 23:55



Le jeûne, un phénomène naturel bien orchestré.

Le jeûne consiste à s’abstenir de tout aliment (solide et liquide), pendant une période plus ou moins longue dans le but de reposer, détoxiquer et régénérer l’organisme. Selon ses tenants, le jeûne contribuerait au maintien d’une bonne santé, au même titre qu’une saine alimentation, l’exercice physique et l’équilibre émotif.
Les gens qui entreprennent un jeûne le font généralement pour « faire un grand ménage » ou donner au corps des conditions optimales de guérison. De tout temps, il a également été associé à des pratiques spirituelles ou religieuses. Il procurerait en outre un sentiment de clarté d’esprit et de « désencombrement mental ». (6)
Dès que l’organisme a fini la digestion du dernier repas et réparti les nutriments selon plusieurs systèmes de stockage, commence un processus de consommation des réserves et de catabolisme des tissus dont les cellules diminuent de taille pour céder une partie de leur contenu.

Dans les première heures du jeûne, l’organisme consomme le glucose à partir du glycogène du foie et des muscles, mais ces réserves énergétiques s’épuisent très vite, et au bout de 48 heures, le relais est par d’autres voies de ”néoglucoformation”, à partir des acides aminés et des acides gras.
Durant les deux premiers jours, l’organisme se met au repos et consomme ses superflus de glycogène. Ce n’est qu’ensuite que le jeûne provoque une ”digestion interne” de nombreux éléments cellulaires dont l’organisme se trouve ultérieurement allégé. Reste à savoir si ce phénomène d’autolyse est un phénomène physiologique sans danger, ou s’il conduit à des situations redoutables, délétères, voire mortelle.

Ce qui est sûr, c’est que la fonte cellulaire qui accompagne, toutes manifestations qui sont signe de mort cellulaire par nécrose, avec déversement dans l’organisme du cytoplasme gorgé de substances agressives, pyrogènes, dolosives. Aucun de ces symptômes qui sont ressentis lors de maladies infectieuses ou organiques n’apparaissent pendant le jeûne. Le jeûne n’est pas une maladie.
Pourtant, les cellules diminuent de taille, et certaines disparaissent.
C’est qu’elles subissent lors de l’autolyse un phénomène qui n’est connu que depuis quelques années, et qui est une des plus belle piste pour comprendre la vie : le phénomène d’apoptose.


6- Michalsen A, Hoffmann B, et al. Incorporation of fasting therapy in an integrative medicine ward: evaluation of outcome, safety, and effects on lifestyle adherence in a large prospective cohort study. J Altern Complement Med. 2005;11(4):601-7.




admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne (le), un phénomène naturel bien orchestré

Message  admin2 le Mer 6 Fév 2013 - 23:58



Contrairement à la mort cellulaire par nécrose, qui est un phénomène maladif ou accidentel, où la cellule meurt pour des causes extérieures, souffre et déverse son contenu qui va agresser les cellules voisines (souffrance, inflammation, mise en route d’une réaction immunitaire), la mort cellulaire par apoptose est en fait un choix individuel de la cellule, selon des informations de l’écosystème immédiatement contigu (les tissus voisins, le taux de thyroxines…) ou alentour (la température, le cycle lunaire, etc.). Ces informations, en ” poussant ” certains gènes de l’ADN nucléaire, mettent en route une fragmentation de la cellule en des dizaines de petites vésicules qui contiennent toutes un peu de cytoplasme, un peu de fragments chromosomiques, un peu d’organites internes… mais qui gardent toutes une membrane intègre : pas un microgramme du contenu de la cellule en apoptose, ne se déverse dans le conjonctif. L’opération se fait sans douleur.
Et, bien en dehors du jeûne, l’apoptose est un phénomène universel, fondamental pour comprendre le développement embryonnaire, de nombreuses maladies aiguës ou chronique, le vieillissement, et jusqu’à l’évolution des espèces.

C’est en embryologie, puisqu’on peut étudier l’évolution d’un embryon lors de son développement, qu’on a le mieux cerné l’importance et le sens biologiques de l’apoptose; L’embryon est en effet sans arrêt remodelé, comme sculpté par des mains invisibles qui ”poussent ” tel tissu, en ”retiennent ” un autre, enlèvent des parties entières du fœtus. La différence entre les orteils libres d’une poule et les pieds palmés d’un canard…c’est que chez la poule, l’apoptose a lysé dans l’œuf les membranes inter palmaires.
Au-delà de l’édification judicieuse des tissus, c’est également la mise en place des systèmes de relation et des systèmes cognitifs qui repose sur l’apoptose.
Exemple 1 : les lymphocytes T (Tpour Thymus). Une sélection impitoyable dans le thymus, élimine 97 % des jeunes thymocytes, ceux qui interagissent trop bien avec le ” soi ”, qui risqueraient d’attaquer des tissus de l’organisme (maladies auto-immunes), et ceux qui ne reconnaissent rien, qui sont donc inutiles. Résultat: les lymphocytes sont parfaitement efficaces pour contrôler, aux marges de l’individu (peau, muqueuses…), ce qui est déjà accepté comme étant du ” soi”.
Exemple 2 : les connexions neuronales : nous possédons 100 milliards de cellules nerveuses, ayant chacune 10 000 connexions avec les neurones voisins. A priori, un fatras de cellules sans plan de montage ? Ce sont les connexions neuronales elles-mêmes, comme pour les lymphocytes, qui vont déterminer si certains trajets neuroniques sont utiles et efficaces (les cellules seront conservées) ou s’ils sont redondants ou inutiles (les cellules ”ressentent” alors un appel au suicide, à l’apoptose.



admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne (le), un phénomène naturel bien orchestré

Message  admin2 le Jeu 7 Fév 2013 - 0:36



Les cellules de la peau, du sang ou de l’intestin, nées de cellules souches, déclenchent toute leur autodestruction au bout de trois jours… Les cellules de la muqueuse utérine, propices à une éventuelle fécondation, subissent cycliquement une apoptose qui va donner à la femme ses règles.
Un défaut d’apoptose, sous l’action d’hormones ou de troubles neurovégétatifs, et cette phase de rejet de cellules inutiles (en outre gorgées de bactéries) devient douloureux, car déterminée alors par un phénomène de nécrose, inflammatoire, algique.

A l’inverse, une tumeur cancéreuse est le fait de cellules qui ont un défaut d’apoptose : elles ne réagissent pas aux informations inductrices de ”suicide cellulaire” qui devraient les condamner.
Et devant l’inefficacité et les dégâts causés par les chimiothérapies agressives, une voie prometteuse aujourd’hui est plutôt l’apoptose (thérapies anti-angiogénèse) des cellules qui entourent la tumeur et qui la nourrissent.
C’est sans doute ce qui se produit, lors de jeûnes prolongés, quand on constate que les tumeurs palpables (seins, utérus) voient leur masse décroître jusqu’à parfois des guérisons définitives.

Applications thérapeutiques du jeûne :

Une étude d’observation publiée en 2005 (1) a évalué la faisabilité et l’efficacité de l’intégration d’une thérapie par le jeûne auprès de 2 121 patients admis dans un département de médecine intégrée d’un hôpital en Allemagne. Les patients souffraient soit d’une maladie chronique interne soit d’un syndrome de douleur chronique (arthrite rhumatoïde, maladie inflammatoire de l’intestin, douleur reliée au système locomoteur, syndrome de l’intestin irritable, maladie pulmonaire, migraine, céphalée, etc.).
Tous les patients ont reçu des traitements d’acupuncture, d’hydrothérapie, pratiqué diverses approches corps-esprit et assisté à des cours sur la nutrition et les habitudes de vie. Il leur était en outre proposé de participer à un jeûne modifié de 7 jours. La consommation exclusive de 2 litres de liquide par jour (eau minérale, jus de fruits, thé, bouillon de légumes) fournissait au total 350 calories. Environ 45 % d’entre eux ont participé au jeûne. À leur sortie de l’hôpital, les patients ayant jeûné ont rapporté une diminution de leur symptôme principal significativement plus grande que celle des autres patients. Aucun effet secondaire sérieux ne fut rapporté. Les auteurs ont conclu qu’une thérapie par le jeûne était une méthode sécuritaire et efficace pouvant être incorporée dans un concept de médecine intégrée.
D’autres recherches destinées à déterminer l'efficacité et l'innocuité du jeûne complet, seul ou associé à un autre traitement, ont fait état de résultats positifs dans le traitement de divers problèmes. Cependant, même si les auteurs concluent qu’il pourrait s’agir d'un traitement complémentaire intéressant, ils précisent généralement que des études supplémentaires seront nécessaires afin d’en valider l’efficacité.

http://www.effervesciences.com/index.html


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeûne (le), un phénomène naturel bien orchestré

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:02


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum