Autoguérison : Le corps se guérit lui-même

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Autoguérison : Le corps se guérit lui-même

Message  admin2 le Dim 20 Jan 2013 - 21:10

Tiré de "Jeûner pour sa santé" Nicole Boudreau

Le corps de guérit lui-même

Le jeûne est un temps de repos;  pendant le repos, les activités réparatrices de l'organisme sont exaltées.

L'organisme se régénère à tous les niveaux:

*  chaque cellule se guérit elle-même

*  notre organisme se rééquilibre grâce à ses capacités d'ajustement au
   changement (homéostasie)

*  il se défend grâce à une fabuleuse armée de cellules spécialisées.

admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Le travail cellulaire

Message  admin2 le Lun 25 Mar 2013 - 11:36



Selon Christian DeDuve, prix Nobel de biologie:

"L'autophagie (autolyse) reste une réponse cellulaire primordiale au manque de nourriture chez la plupart des organismes actuels, chez lesquels elle est stimulée par des hormones commme le glucagon qui mobilisent les réserves de l'organisme. Mais il est clair que la nécessité de se sustenter ne suffit pas à expliquer le renouvellement continuel et intense des constituants des cellules qui, la plupart du temps, sont abondamment nourries (...) Grâce au renouvellement, les celluless remplacent continuellement leurs constituants par d'autres nouvellement synthétisés et réalisent ainsi quelque chose de très proche de la jeunesse éternelle." (Christian De Duve, 'Une visite guidée de la cellule vivante, Bruxelles, De Boeck Université, 1987, p. 70)

Le corps en jeûne se livre donc à une vaste opération de rénovation afin d'extraire de ses structures usées et endommagées des substrats qu'il recyclera pour s'en nourrir.

Outre la stimulation de l'autolyse des tissus, le jeûne accélère le nettroyage des vaisseaux, des cellules et du milieu dans lequel elles baignent (le milieu interstitiel). Les mauvais gras, les déchets chimiques, les cristaux d'acide urique et les résidus du travail des cellules qu'entraine le surmanage sont digérés par les cellules en recherche de nutriments, et recyclés. Les toxines non recyclables sont simplement neutralisées, puis éliminées.

En somme, le jeûne est une séance intensive de réparation et de décrassage de l'organisme. Dans notre vie de tous les jours, nous mangeons et assimilons des aliments régulièrement. en jeûne, le corps n'assimile plus: il désassimile et élimine à temps plein ses réserves, ses déchets, ses tissus endommagés. Il investit ses énergies dans la mise à jour de toutes ses fonctions biologiques et se répare.

Le jeûne fait donc contrepoids au surmenage de la vie moderne. Le repos qu'il procure assure le rééquilibre de notre métabolisme excédé par le surmenage, la surconsommation et la chimification de l'environnement.





admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Le travail cellulaire

Message  admin2 le Lun 25 Mar 2013 - 11:39



Chaque cellule se guérit elle-même

Le corps est habité de milliards de cellules, qui y naissent, y grossissent, y travaillent et y meurent, à chaque heure. Les estimations diffèrent, mais on recense environ cent quatrillions de cellules qui grouillent de vie et accomplissent des échanges complexes et coordonnés.

Bien qu'elle soit pleine de vie, une cellule est invisible à l'oeil nu; si on la grossit mille fois, on la discerne enfin, grosse comme un pois. Ce monde de l'infiniment petit est souvent déconcertant pour qui ne l'a jamais fréquenté; mais c'est à ce niveau que se déroule et s'exprime la vie.

Chaque cellule qui vit en nous participe, par son travail, à la survie de notre corps. Quand nous disons, par exemple, que le foie sécrète la bile, ce sont en fait les millions de cellules du foie qui sécrètent chacune leur gouttelette de bile pour fournir, par la force du nombre, le volume de bile suffisant à la digestion intestinale. Quand les muscles se contractent, ce sont en fait les milliers de cellules des muscles qui se contarctent.
Quand on émet le concept que le corps de guérit lui-même, on se base d'abord sur la capacité qu'a chaque cellule de se guérir elle-même, lorsqu'elle est endommagée par des agents toxiques, par la chaleur, par des radiations ou par d'autres traumatismes.

Pour se réparer, la cellule démentèle et se nourrit de ses propres parties endommagées en les digérant. Après avoir défait ses propres sutructures croulantes, elle les reconstruit avec des matériaux neufs et sains. Le biologiste Christian DeDuve décrit bien ce phénomène:

"Au fil des années, les cellules ont détruit et reconstruit des centaines, voire des milliers de fois, la plupart de leurs molécules constitutives - et même, pour certaines, plus de 100 000 fois (...) Les cellules détruisent et reconstruisent continuellement leurs constituants, à une vitesse remarquablement rapide. Elles ressemblent un peu à ces maisons anciennes qui ont exactement la même apparence que lorsqu'elles furent construites mais qui, à la suite de nombreuses restaurations, n'ont pratiquement plus aucune de leurs vitres ou de leurs tuiles d'origine, ni même de leurs briques ou de leurs planchers. Mais, ce qui, pour une maison, met des siècles à se réaliser, n'est qu'une question de jours pour une cellule vivante."

Nos cellules troquent leurs parties usées pour des parties neuves à un rythme fort dynamique. Il en résulte des phénomènes intéressants.

Les cellules et la matière ossueuse de notre squelette se régénèrent tous les trois mois; la peau qui nous recouvre est entièrement renouvelée chaque mois, qu'il y ait blessure ou pas. Les cellules qui tapissent l'intérieur de notre tube digestif, de la bouche à l'anus, sont remplacées chaque semaine. Lors de chirurgies expérimentales, où l'on a sectionné les 7/8 du foie, on a constaté que le foie se régénérait complètement.
Les cellules du cerveau sont présentes depuis la naissance, mais la plupart de leurs constituants sont âgés de moins de un mois. Même nos gènes se régénèrent, en échangeant un morceau usé contre une pièce de rechange.

Nos cellules sont continuellement actives; elles s'adaptent, se réparent, se reproduisent. Si une cellule est trop endommagée ou usée pour survivre, elle libère des enzymes destructrices dans son espace intérieur et elle s'euthanasie. Les résidus de la cellule morte sont ramassés par des cellules itinérantes, appelées 'macrophages', qui font place nette et nettoient ces résidus en les digérant. La cellule disparue est remplacée par une cellule-fille produite par d'autres cellules du tissu. Dans certains tissus (par exemple, dans le système nerveux), les cellules ne se reproduisent pas; les cellules voisines effectuent alors le travail laissé en plan par la cellule disparue.

Lorsqu'on jeûne, chaque cellule accélère l'autolyse de ses composantes usées et endommagées pour s'en nourrir; elle se régénère en éliminant ses structures usées. Bref, elle rajeunit.


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

L'organisme orchestre sa propre guérison

Message  admin2 le Lun 25 Mar 2013 - 11:44


L'organisme orchestre sa propre guérison

La guérison se produit au niveau de chaque cellule, puis au niveau de l'ensemble du corps.
Nos cellules vivent en groupe; notre corps est donc une société de cellules qui coordonnent leurs activités dans le seul but de former un organisme sain.

Le premier principe qui régit notre communauté cellulaire est l'altruisme complet et désintéressé de chaque cellule, qui n'existe que pour servir l'ensemble. Chacune est entièrement dévouée à cette fonction: toutes pour un, un pour toutes. Elle se reproduit si le corps le commande, elle fabrique des composés selon les besoins du moment et coordonne son travail à celui des autres cellules. La parfaite coopération entre chacune est primordiale: en travaillant ensemble, les cellules se rendant mutuellement service et en arrivent à maintenir un milieu idéal au sein duquel elles peuvent survivre.


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Le corps, un milieu en équilibre

Message  admin2 le Lun 25 Mar 2013 - 11:45


Le corps, un milieu en équilibre

À l'intérieur du corps humain, les cellules baignent dans un milieu liquide. Elles y puisent les nutriments, les minéraux, les vitamines, les ions inorganiques, les métabolites, bref, toutes les substnces dont elles ont besoin pour survivre.

Notre 'société' de cellules a prévu des mécanismes pour conserver son milieu nouricier riche et équilibré: c'est le phénomène de l'homéostasie, qui signifie que notre organisme maintient ses pramètres biologiques constants. Malgré les variations de notre alimentation, notre milieu interne se maintient égal à lui-même et propice à la survie des cellules; les concentrations sanguines de minéraux, de vitamines, de gras, de sucres demeurent sensiblement les mêmes. Sans ce phénomène de l'homéostasie, nous aurions un sang sirupeux après avoir mangé du gras, et un sang liquéfié après avoir bu une rasade d'eau.

De nombreuses glandes (les parathyroïdes, le pancréas, les surrénales et les glandes sexuelles, par exemple), l'hypophyse, le système nerveux ainsi que le foie et les reins participent à l'homéostasie. Cet équilibre se maintient évidemment pendant le jeûne: l'homéostasie est à la base même de notre pouvoir d'autoguérison, car elle exprime la tendance de l'organisme à se réajuster continuellement, pour assurer l'équilibre permanent de notre milieu intérieur.


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Le corps se défend

Message  admin2 le Lun 25 Mar 2013 - 11:47


Le corps se défend

Une armée de celules défend notre corps contre les virus, les poussières, les produits chimiques ou les bactéries. Ces cellules spécialisées se transportent par la circulation sanguine et délogent les agents pathogènes dans tous les tissus de l'organisme.

Les cellules de défense utilisent diverses techniques pour détruire les agents pathogènes; certaines cellules agissent comme des pieuvres; elles déploient de longs tentacules pour entourer et engloutir le déchet ou la bactérie nuisible. Ces cellules, appelées macrophages, rampent vers le lieu de l'infection et peuvent y engloutir 100 bactéries ennemies avant d'être repues. D'autres cellules se spécialisent dans la chasse aux virus: ce sont les lymphocytes B qui fabriquent des anticorps pour détruire les virus.

Certaines cellules de défense détectent les cellules cancéreures, les cellules mutées par des virus ou les cellules étrangères des organes greffés. Ce sont les lymphocytes T, qui sont également les agents de notre mémoire immunitaire; quand notre organisme a déjà combattu un virus ou un autre agresseur, il s'en souvient toute sa vie.

Le foie possède sa propre armée de cellules de défense; les cellules de Kuppfer, placées en permanence dans les canaux du foie, détruisent les agresseurs introduits par la voie sanguine ou par la voie digestive. De leur côté, les poumons sont dotés de 'cellules à poussière' pour nettoyer les alvéoles. Quand au cerveau, les cellules gliales en assurent l'entretien et la défense.
On trouve des cellules de défanse dans la paroi du tube digestif. Certaines cellules sont regroupéesdans de petits sacs, les gaglions lymphatiques, placés près de tous les orifices du corps par lesquels un agresseur pourrait s'introsuire; la gorge, les poumons, le système digestif et l'appareil uro-génital regorgent de ganglions, prêts àdétruire les envahisseurs.

Certains modes de défense sont si évidents qu'on en sous-estime le rôle: le pouvoir bactéricide des larmes, de la salive, du liquide vaginal; l'excrétion de déchets par les pores de la peau; les fonctions de capture des poussières par les cils de l'oeil, des narines et de la trachée; l'excrétion de déchets par la cire des oreilles; le transport du gaz carbonique par les globules rouges et son excrétion par les poumons; la sécrétion d'interféron pour freiner la progression des cellules cancéreuses; la filtration continue du sang par les reins; l'excrétion de déchets sanguins par les règles chez la femme; la hausse de la température corporelle (la fièvre) pour favoriser la multiplication des cellules de défense.

Par son pouvoir d'homéostasie, le corps maintient en équilibre toutes ses constantes sanguines; grâce à son système de défense, il nettoie tous ses vaisseaux et ses tissus et se défend contre les envahisseurs.
Notre corps possède les moyens de se guérir et de se défendre. Il s'agit de les mettre à profit en jeûnant dans un climat de repos et de sérénité.


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Un repos physiologique

Message  admin2 le Lun 25 Mar 2013 - 11:48


Un repos physiologique

Le jeûne est une aventure fascinante. Non pas que jeûner soit une pratique aventureuse, mais découvrir que notre corps peut survivre sans nourriture étonne les mangeurs assidus que nous sommes.

Le jeûneur novice constate avec étonnement que toutes les fonctions habituelles de son organisme s'accomplissent avec, en prime, une forte activité de détoxication et de régénération.

L'organisme orchestre lui-même sa détoxication; il suffit de cesser de manger, notre corps fait le reste. Tous les organismes vivants ont la capacité de se détoxiquer en jeûnant. Les gens qui tentent l'expérience s'étonnent même de la facilité de la chose. Ils s'en disent agréablement surpris et jeûnent avec entrain.



admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autoguérison : Le corps se guérit lui-même

Message  Luc le Ven 19 Déc 2014 - 22:08

Alexandre Kokosov, responsable d'une importante étude sur le jeûne en Russie en 1973 écrit :

« On s’est rendu compte qu’en même temps, (lors d'un jeûne contre l'asthme) relate
Kokosov, la tension artérielle baissait, qu’il y avait des changements positifs dans tout
le corps et pas seulement par rapport à l’asthme. Nous étions très étonnés : c’est une
différence fondamentale par rapport aux autres méthodes.

Dans la médecine moderne, d’habitude on soigne une seule maladie. Quelqu’un soigne
les affections pulmonaires, d’autres les maladies gastro-intestinales ou
cardiovasculaires, alors que cette méthode offre une opportunité de soigner
l’organisme entier, ce qui est en quelque sorte une révolution. »

« On a montré que le RDT (le jeûne thérapeutique) permet de faire travailler les mécanismes
d’autorégulation de l’organisme. C’était le plus important. Ce mécanisme
d’autorégulation est une capacité dont dispose tout être vivant : les plantes, les animaux
et les êtres humains, bien sûr. C’est cela, la sanogénèse. Par leur formation, les
médecins apprennent à reconnaître et à comprendre le processus de “pathogénèse”,
c’est-à-dire le processus de développement d’une maladie, alors que le mécanisme de
sauvegarde de la santé reste malheureusement inconnu pour eux. Et c’est dommage. »
Avec cette « autorégulation », cette « sanogénèse », Kokosov retrouve, grâce aux
moyens de la médecine scientifique, la notion si chère à l’école empirique, celle
d’« autoguérison » : la maladie étant avant tout le résultat d’un déséquilibre, il faut
pour la soigner aider le corps à retrouver cet équilibre.

Tiré du livre : "Le jeûne, une nouvelle thérapie?" de Thierry de Lestrade

Luc
Admin

Messages : 3470
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autoguérison : Le corps se guérit lui-même

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:02


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum