Question(la) qui dérange… (Clavière)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Question(la) qui dérange… (Clavière)

Message  admin2 le Lun 14 Jan 2013 - 21:57



Tiré de "Et si on s'arrêtait un peu de manger ... de temps en temps" (Bernard Clavière)

La question qui dérange…

Tous les arguments du monde ne convaincront pas une personne qui ne veut pas être convaincue…
La nature humaine est ainsi faite.

La scène : je suis en conversation avec une amie qui finit par mentionner ses soucis de santé ou sa difficulté à perdre du poids. Elle a tout essayé, médecine officielle, spécialistes, elle a même dépensé beaucoup d’argent pour tout un tas de thérapies alternatives et autres produits miracle non remboursés par la Sécu. Sans succès. Elle ne sait plus à quel saint se vouer, ne comprend pas. « Pourquoi moi ? », « Pourquoi tant de problèmes, tant de souffrance ?»… L’abattement est là qui menace. Améliorations, rechutes ; ou s’il s’agit d’un problème de poids, c’est le yoyo. Pas de progrès notable, on n’en sort pas.
Le poids s’obstine à se stabiliser en position haute…

J’écoute, je compatis. J’ai déjà entendu ça. Tant et tant de fois. Je sais ce que je vais lui dire, ce que je me sens chaque fois obligé de dire. Pour être honnête, en accord avec moi-même, avec mes idées, avec la mission que je me suis donnée. Et je pressens aussi ce que je vais entendre, la réaction que je vais
susciter, si prévisible, si évidente. Non, non, je ne suis pas négatif ; j’ai simplement développé une bonne connaissance de la nature humaine….

Alors, un peu par jeu, un peu par provocation, mais quand même principalement par souci éducatif, je lâche : « Et… est-ce que tu as essayé de t’arrêter de manger ?... »


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question(la) qui dérange… (Clavière)

Message  admin2 le Lun 14 Jan 2013 - 22:03


Une nouvelle fois, un vide s’installe, un trouble… Ça n’a pas manqué, comme à chaque fois. Le regard de l’interlocuteur se perd derrière moi une seconde, son sourire se fige en un léger rictus. Vous savez, exactement comme quand un étranger s’adresse à vous dans une langue que vous ne comprenez pas.
On ne lui en veut pas, non, le pauvre, il essaie de demander quelque chose… mais on ne comprend pas. S’arrê…ter…de… ???

À ce moment-là, si j’ai l’inélégance de répéter la question, le malaise devient palpable, la tension augmente et l’incompréhension se fait embarrassante… Il faut faire preuve de sagesse et permettre à l’interlocuteur de sauver la face. Non, visiblement, elle n’a pas essayé de s’arrêter de manger, et ne l’envisage pas. C’est sûr. Par une pirouette, je change de sujet en riant.



admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question(la) qui dérange… (Clavière)

Message  admin2 le Mar 15 Jan 2013 - 21:51



Voilà une bonne trentaine d’années que je pose cette question, attendant une réaction du genre : « Ah bon ?! Non, j’ai pas essayé… Ça marche, tu crois ? Il faut que tu m’expliques... ça m’intéresse. Comment on fait ?». Je ne l’ai entendue qu’à de rarissimes occasions. Mais quelle joie à la pensée que je vais peut-être aider quelqu’un à sortir de son trou de souffrance physique et de misère mentale et émotionnelle ! Sinon, je me console en pensant que ma question a semé une graine qui, un jour peut-être, germera et éclairera d’une lumière nouvelle les idées d’une personne sur la vie et la santé.

Parfois, des gens se sortent eux-mêmes de l’embarras provoqué par la question qui dérange avec un minimum de dignité, au prix d’un pitoyable aveu d’impuissance : «Je sais, c’est bon, mais moi je ne peux pas ; si je ne mange pas, je vais très mal ; impossible.» Comme si cette confession navrante
suffisait à les excuser. Ils sont tout à fait convaincus de « ne pas pouvoir », même s’ils n’ont très probablement jamais essayé.

Là aussi, la sagesse veut que j’acquiesce en affichant un air de compassion. Je pense : « OK, c’est toi qui vois » ; « si tu préfères en baver avec tes problèmes de santé, c’est ton affaire », mais je ne le dis pas. Insister serait inutile. De fait, c’est bien là le coeur même du problème, les gens préfèrent parfois souffrir, et même mourir, plutôt que d’essayer de s’arrêter de manger. J’en connais. La psyché humaine a ses mystères qui ne laissent pas de m’épater…


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question(la) qui dérange… (Clavière)

Message  admin2 le Mar 15 Jan 2013 - 21:56



Conclusion

La démonstration me semble suffisante… Personne ne devrait prétendre avoir un problème de santé insoluble tant que le jeûne n’a pas été essayé. Lorsque quelqu’un vous dit : « Je n’arrive pas à me débarrasser de ce rhume », ou encore : « J’ai tout essayé, la tumeur grossit, il va falloir m’opérer », ou encore : « J’ai fait tous les régimes, il n’y a rien à faire »…, glissez subrepticement : « Et… tu as essayé de t’arrêter de manger ? » Vous allez rencontrer beaucoup d’incompréhension, mais peut-être
contribuerez-vous aussi à sauver une ou deux vies, à aider une ou deux personnes à se libérer d’une situation dramatique. On ne sait jamais. Ne soyez plus les complices passifs de cette gigantesque
bulle d’illusion, de cette aberration folle qui a érigé un mode alimentaire frénétique, permanent, compulsif et profondément nocif, en nécessité absolue.

Apprenez par coeur cette phrase salvatrice et répétez-la à chaque opportunité, autour de vous, mais aussi à vous-même : « Et… tu as essayé de t’arrêter de manger ? »


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question(la) qui dérange… (Clavière)

Message  admin2 le Mar 15 Jan 2013 - 22:02



Voici en termes génériques un résumé des effets extraordinaires que tout un chacun peut espérer en s’arrêtant de manger de temps en temps :

— éliminer de votre corps tout ce qui l’encombre, l’intoxique, l’empêche de fonctionner correctement : déchets métaboliques, métaux lourds, résidus chimiques issus de l’environnement ou de notre nourriture, le cholestérol et les triglycérides en excès dans le sang, les parasites intestinaux, la plaque artérielle à l’origine des maladies cardio-vasculaires, etc.

— la conséquence inévitable de ce nettoyage global sera une amélioration fulgurante de votre santé et la probable libération de toute maladie ; ce que ne guérit pas le jeûne, seul le temps le guérira ;

— retrouver une énergie que vous aviez peut-être perdue depuis longtemps ;

— retrouver votre poids idéal d’une façon naturelle, sans médicaments, sans chirurgie ;

— vous réconcilier avec votre corps, vous reconnecter à votre nature profonde, et vous élever à un autre niveau de perception, de conscience et de potentiel ;

— élever votre acuité mentale et celle de tous vos sens, de façon à envisager votre vie sous une tout autre perspective;

— découvrir un nouveau désir d’agir et de vous réaliser dans l’action ;

— approfondir votre sagesse innée, votre spiritualité, votre compassion, tout ce qu’il y a de meilleur en vous.



admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question(la) qui dérange… (Clavière)

Message  admin2 le Mar 15 Jan 2013 - 22:09



Si toutes les raisons sont bonnes pour s’arrêter un peu de manger de temps en temps, nous retiendrons celle qui intéresse au premier chef la plupart d’entre nous : le jeûne est la méthode de santé la plus ancienne, la plus efficace, la plus fiable et la plus sûre que l’on connaisse. Ou faut-il dire une non -méthode ? Un simple moyen naturel de santé. Le plus naturel, le plus simple, car primordial, inné, intrinsèquement lié à la vie mammalienne. On ne peut le récupérer et l’intégrer à l’un de nos schémas à la mode comme les médecines douces, thérapies et autres méthodes alternatives. Le jeûne, ou l’art de ne rien faire pour sa santé…

Le jeûne est la méthode curative d’une intelligence supérieure que beaucoup n’hésiteront pas à qualifier de divine. Au contraire de la médecine, obnubilée par des symptômes localisés
qu’elle s’efforce de faire disparaître, la force de vie qui agit dans le jeûne « sait » que si une maladie peut se manifester ici ou là, c’est le corps tout entier qui est malade. Dans son infinie sagesse, elle va agir directement au coeur du problème et supprimer la cause de toutes les maladies (sauf les maladies d’ordre karmique, déjà mentionnées…).

Le jeûne apparaît aujourd’hui comme l’exemple emblématique de la loi universelle de l’activité et du repos, une solution dont on perçoit de plus en plus la logique. Alors que la réaction courante aujourd’hui est de « prendre quelque chose » au moindre problème de santé, il pourrait être sage d’essayer au
contraire de ne rien prendre. De ne plus rien prendre. Du tout. (Bernard Clavière)


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question(la) qui dérange… (Clavière)

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:06


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum