Comment un organisme en jeûne se nourrit-il?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment un organisme en jeûne se nourrit-il?

Message  Luc le Sam 2 Juin 2012 - 18:01

Notre organisme ne peut vivre sans être nourri. Si, pour diverses raisons, il est impossible de nous alimenter, le corps doit tout de même être sustenté. Il le fera à partir de ses réserves. Shelton écrit :

"L'organisme qui jeûne subsiste aux dépens des matériaux précédemment accumulés dans ses tissus. Il serait faux de supposer que pendant un jeûne, dans n'importe quelle condition, les processus de nutrition sont suspendus. Seuls ceux qui concernant la digestion et l'absorption des matières premières sont interrompus.

L'organisme qui jeûne est aussi bien nourri par ses réserves accumulées que s'il consommait journellement une grande quantité de la meilleure nourriture. Morgulis dit en effet que: "Le jeûne peut être regardé comme une forme spéciale (peut-être plus simple) de nutrition". Il ajoute que les matériaux pour la croissance et la réparation des tissus, l'énergie pour l'entretien, et l'énergie pour le travail sont fournis 'dans les conditions du jeûne' par le 'riche dépôt des substances nutritives que chaque organisme contient dans ses tissus, subtances qui constituent les aliments communs lorsqu'ils servent à nourrir un autre organisme'. Morgulis dit plus loin: "La croissance et la régénération actives ne sont pas incompatibles avec le jeûne, et les détériorations, du moins dans certains organes, sont si complètement réparées qu'on peut échapper pendant un certain temps aux effets d'une restriction alimentaire. Le jeûne ne détruit pas l'aptitude à un effort extrême et soutenu".

Dans des circonstances ordinaires, les réserves nutritives généralisées de l'homme et de l'animal sont capables de maintenir l'intégrité fonctionnelle et structurale durant un temps considérable, sans consommation de nourriture. Dans les circonstances les plus plus favorables de repos, de tranquilité et d'équlibre mental, ces réserves sont capables de durer beaucoup plus longtemps. Ces réserves sont précisément accumulées pour de tels besoin (se nourrir), et elles doivent être utiliséees à certains moments et dans certaines conditions. En effet, il y a des conditions de maladie dans lesquelles il est impossible d'accepter aucune autre nourriture: conditions qui font que le corps est incapable d'utiliser les matières premières ingérées.

Non seulement ces réserves nuttiritves sont capables de nourrir les tissus vitaux de l'organisme durant un certain temps, mais aucun des tissus du corps ne peut être endommagé ou consommé tant que ces réserves durent. C'est seulement après épuisement de ces réserves que la nature permettra qu'un des tissus vitaux ou fonctionnels du corps soit endommagé. Les organes vitaux ne sont pas affectés par une jeûne prolongé."


Luc
Admin

Messages : 3466
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment un organisme en jeûne se nourrit-il?

Message  Luc le Mer 17 Oct 2012 - 21:49




"Si l'homme peut jeûner, c'est parce qu'il transporte, tout comme les formes de vie inférieures, une réserve de nourriture qu'il peut utiliser en cas de nécessité, ou quand les matières premières ne sont pas disponibles." (Shelton)



Luc
Admin

Messages : 3466
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment un organisme en jeûne se nourrit-il?

Message  Luc le Mer 17 Oct 2012 - 22:47


Aussi longtemps que durent les réserves nutritives du corps, l'individu qui s'abstient de nourriture jeûne. Quand cette réserve a été utilisée à tel point qu'elle n'est plus capable d'entretenir les fonctions de la vie, la prolongation de l'abstinence devient dangereuse; l'inanition commence. C'est seulement une fois que ce point a été atteint qu'un dommage réel est subi par les organes vitaux et leurs fonctions. En règle générale, dans des conditions ambiantes convenables, on peut jeûner des semaines, et ou même des mois, avant que le point d'inantion ne soit atteint.

Des travaux de laboratoire décrivent les changements destructifs dans le pancréas, les glandes surrénales et autres organes et glandes du corps, comme étant un résultat de l'inaniton. Mais ces changements arrivent après que la période de jeûne proprement dit a été dépassée. Les cellules vitales des organes et des glandes (celles qui font le travail physique et chimique de ces organes) ne sont pas détruites avant que l'inanition réelle ne commence.

Morgulis* dit: « En dehors des phénomènes purement pathologiques se produisant dans les dernères phases du jeûne, il faut mentionner que les particularités histologiques apparaissant au début de l'inanition ** sont associées à des changements de l'état colloïdal du protoplasme et ne sont pas du tout des phénomènes de dégénérescence. Les changements atrophiques progressifs qui coïncident avec l'inanition sont simplement dus au retrait graduel des inclusions métaplasmiques, qui constituent en fait les réserves nutritives des cellules. La diminution atrophique à la fois des cellules et des noyaux ne présente donc pas un phénomène pathologique non plus. en outre, les processus morphologiques dans l'inanition ne sont pas toujours destructifs, la prolifération cellulaire continuant même quand l'organisme est privé de nourriture pendant un bon moment ».

** Morgulis divise le jeûne en différentes phases qu'il nomme inanition. Dans les faits la véritable inanition n'apparaît qu'une fois que les réserves de l'organisme aient été entièrement épuisées.



Dernière édition par Luc le Sam 20 Oct 2012 - 10:11, édité 1 fois

Luc
Admin

Messages : 3466
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment un organisme en jeûne se nourrit-il?

Message  Luc le Mer 17 Oct 2012 - 22:53



Cela signifie que, durant la période d'inanition, la perte subie par certaines parties du corps durant un jeûne est le résultat de l'utilisation des parties protoplasmiques des cellules contenant les produits de leurs sécrétions, et non d'une destruction réelle de la cellule proprement dite. Le métaplasme (1) est utilisé lentement à mesure que le jeûne progresse, de sorte que la taille des cellules, et par conséquent de l'organe, est graduellement réduite, mais il n'y a aucune détérioration véritable dans la structure des cellules, des tissus et de l'organe.

Le Dr Morgulis fait l'estimation prudente, peut-être trop prudente, qu'un jeûne qui occasionne une diminutions corporelle de dix à quinze pour cent est inoffensif et habituellement bénéfique; et que la limite dangereuse commence quand il a été perdu de vingt-cinq à trente pour cent. Il a eu des animaux qui ont recouvré une santé normale après une perte de poids de soixante pour cent. Nous avons vu la même chose chez bien des personnes. (Shelton)

(1) Métaplasme: produits variables d'élaboration et de transformation du protoplasme (cellule), ce dernier restant sensiblement identique à lui-même. (note éd.)

* Professeur Sergius Morgulis: biochimiste du Collège de médecine, Université du Nebraska (É.U.) auteur de "Fasting and Undernutrition" 1923




Luc
Admin

Messages : 3466
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

L'utilisation des réserves protéiques

Message  admin2 le Mar 9 Avr 2013 - 22:10

On sait que l'organisme en jeûne se nourrit de ses réserves de glucides, de protéines et de lipide. Dans sa thèse de doctorat, le docteur Duverney-Guichard étudie les différents mécanismes. À propos des protéines, il écrit :

1.2.1.2.1. La masse protéique

Elle représente 17 % du poids du corps c'est à dire 11 kilogrammes pour un homme de 65 kilogrammes. D'un point de vue énergétique, elle correspond à 14 % des calories potentiellement utilisables. Le niveau des pertes protéiques globales peut être évalué à partir de l'azote urinaire en sachant que 1 gramme d'azote correspond à 5.25 grammes de protéines et en tenant pour négligeables les pertes fécales et cutanées.

Il faut préciser que le catabolisme protéique n'est qu'un des éléments intervenant dans les pertes azotées et qu'ainsi on ne peut assimiler le catabolisme protéique et l'azote urinaire. La diminution de la masse protoplasmique peut également être établie à partir des pertes en potassium puisqu'il est un cation essentiellement intracellulaire. MARLISS (65) trouve une perte azotée de 170 g pour un jeûne de 21 jours, ce qui correspond à une perte protéique supérieure à 1.1 Kilogramme c'est à dire une moyenne de 52 grammes par jour.

Cette perte protéique n'est pas régulière au cours du jeûne. Elle est en effet plus importante au début pour diminuer ensuite avant d'atteindre un plateau relativement stable vers le 14e jour. Pour CAHILL (24) la perte azotée s'élève à 12 g les premiers jours et à 3 à 4 grammes après 1 à 2 semaines ce qui correspond donc à des pertes protéiques variant de 8O grammes à 20 grammes par jour. Il est très intéressant de noter que l'on rejoint donc approximativement les pertes minimales du jeûne protéique.

Tiré du livre : "Le jeûne, approche médicale et scientifique" (Duverney-Guichard)

______________________________________________

On peut donc en tirer la conclusion que les réserves protéiques sont suffisantes pour exécuter un long jeûne, même très long. Dans les faits, au bout d'un jeûne de 21 jours, selon Marliss l'organisme n'aura utilisé que 892 g de protéines (170 g X 5.25) sur les 11 kg disponibles soit un peu moins d'un kilogramme.


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment un organisme en jeûne se nourrit-il?

Message  Luc le Lun 31 Mar 2014 - 10:06



"Dès le début du jeûne, l’organisme consomme le glucose dégradé à partir du glycogène hépatique et musculaire. Mais ces réserves s’épuisent très vite et après 40 heures, le relais se fait par d’autres voies de « néoglucoformation ” à partir des acides aminés (issus du catabolisme des protéines) et des acides gras (issus de la lipolyse).

Durant les deux premiers jours du jeûne, l’organisme se met au repos et consomme ses excédents en glycogène. Ce n’est qu’ensuite que le jeûne provoque une « digestion interne ” de nombreux éléments cellulaires dont l’organisme se trouvera ultérieurement allégé.
La lyse des graisses s’accompagne d’une montée des cétones dans le sang et les urines, corrélative à une légère acidose sanguine. Ceci peut provoquer quelques troubles circulatoires ou digestifs."

Tiré du site "EFFERVESCIENCES" http://www.effervesciences.com/accueil-jeune-cest-quoi.html


Luc
Admin

Messages : 3466
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment un organisme en jeûne se nourrit-il?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:12


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum