anipassion.com

Sexualité et jeûne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sexualité et jeûne

Message  admin2 le Mer 7 Nov 2012 - 17:22



Shelton consacre un chapitre (XIV) à la sexualité vs le jeûne dans son ouvrage "Le Jeûne". Il aborde le sujet en comparant ce qui se passe dans le règne animal par rapport au genre humain. À la p. 149 de son livre il écrit:

"... Des centaines d'études et d'expériences faites par des biologistes montrent, sans erreur possible, que la surabondance alimentaire est la condition nécessaires de la croissance excessive qui rend la reproduction asexuée possible et empêche la reproduction sexuée, tandis qu'une réduction de l'excès nutritif et un retour à l'alimentaion correcte rétablissent un état sexuel normal. (...)

Le jeûne forcé des animaux qui n'hibernent pas produit aussi des résultats variables semblables à ceux de l'hibernation. Quand des pertes et des changements ont lieu dans les ovaires et les testicules pendant le jeûne, ce sont à peu près les mêmes que ceux qui se prosuisent dans ces structures pendant l'hibernation. En général, les testicules perdant plus rapidement que le corps dans son ensemble, la production des spermatoblastes est très diminuée ou cesse complètement. Toutefois, ils reprennent rapidement après le retour de la nourriture, mais cette reprise est souvent en retard par rapport à la reprise générale du système. La restauration rapide de la fonction normale est de règle, comme elle est de règle pour les ovaires. (...)


admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sexualité et jeûne

Message  admin2 le Mer 7 Nov 2012 - 19:12


Jackson écrit : 'Morgulis, Howe et Hawk ne trouvèrent rien d'anormal apparemment aux ovaires d'une chienne soumise à l'inanition prolongée (lire jeûne prolongé). Les ovules étaient présents à tous les degrés de développement normal'.

Les organes mâles de même que les organes femelles sont capables de se guérir et de se réparer pendant le jeûne. La menstruation est souvent avancée d'une semaine ou deux. Après cela, elle cesse complètement. Les toubles de l'ovulation cèdent très rapidement à la bonne influence du jeûne.

Le désir sexuel doit varier autant que les changements notés précédemment (...) Il y a un éveil concomitant de l'instinct sexuel, semblable à ce qui est observé chez le saumon et le phoque. D'autres animaux interrompent aussitôt toute activité sexuelle s'ils sont forcés de rester sans nourriture. (...)

Carrington trouva que tous les jeûneurs qu'il questionnait disaient que les rapports sexuels pendant un jeûne prolongé devenaient pratiquement impossibles après les quelques premiers jours. Comme il le montre, cettte 'impuissance' est seulement une suspension temporaire de la fonction sexuelle, car la fonction revient dans toutes sa vigueur et dans toute sa force, avec la faim. Il montre que ce manque de viguerur sexuelle est presque toujours présent, indépendamment de la vigueur du jeûneur, qui peut être augmentée, mais que cette vigueur revient avec la faim et avant qu'aucune nourriture n'ait été ingérée. Il est vrai, comme il le montre, qu'on remédie souvent par le jeûne à de nombreux cas d'impuisance existant depuis des années, et à des cas de stérilité féminine.

Il est certain que le jeûne, en général et dans de tels cas, réduit ou abolit le désir sexuel et la puissance sexuelle chez l'homme et chez la femme. Il est également certain que ceci n'est que temporaire. Le désir sexuel réduit ou absent et la stérilité relative forment une règle générale chez les hommes et les femmes en état de jeûne, mais ce n'est nullement une règle invariable.

Dans certains cas, le jeûne ne semble avoir aucune influence sur le désir sexuel. Shelton écrit : "... des jeûneurs continuent à se livrer à des rapports sexuels pendant le jeûne ... " Puis il raconte le cas d'un jeûneur de 40 jours : " ... il ne fut ni impuissant ni stérile pendant un jeûne de quarante jours que je surveillai. Une de mes malades fut autant tourmentée par le désir sexuel pendant le jeûne qu'au cours de l'alimentation."





admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sexualité et jeûne

Message  admin2 le Mer 7 Nov 2012 - 19:17



Tandis qu'il semble être la règle que l'impuissance se produise pendant un jeûne prolongé, les pouvoirs sexuels reprennent une pleine vigueur, qui est même rénovée, avec la reprise de l'alimentation, et souvent même avec le retour de la faim. Parfois il y a un bref délai dans leur retour. L'un de mes malades, un homme d'un certain âge qui fut impuissant pendant des années, retrouva rapidement sa viriltié après un jeûne de trente et un jours. Un autre cas d'impuissance datant de plusieurs années la retrouva après un jeûne court.

Nous voyons souvent des femmes précédemment stériles concevoir peu après un jeûne, même après un long jeûne. L'une de mes malades, incapable de concevoir pendant plusieurs années, conçut peu de temps après un jeûne de quarante jours. Son bébé fut normal sous tous les rapports et ne présentait aucune de ces anomalies contre lesquelles nous sommes prévenus. Une autre, mariée depuis dix ans sans avoir d'enfant, conçut peu de temps après un jeûne de dix jours. Une troisième malade conçut à son premier rapport sexuel, deux semaines après un jeûne de trente jours. Cette femme avait été précédemment stérile. (Shelton)




admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Jeûne et cycle menstruel

Message  Luc le Jeu 8 Nov 2012 - 16:57



Boudreau écrit concernant les bienfaits apportés par le jeûne :

"les problèmes glandulaires (les glandes se régénèrent facilement); hypothyroïdie, PROBLÈMES LIÉS AU SYSTÈME DE REPRODUCTION (RÈGLES DOULOUREUSES, IRRÉGULIÈRES), au foie (qui est une glande), aux surrénales, aux parathyroïdes (qui régularisent, entre autres, le calcium sanguin) et au pancréas;"

Aussi, dans son livre "Les Surprenantes Vertus du Jeûne", Sophie Lacoste écrit concernant les effets dérangeants du jeûne sur le cycle menstruel et autre:

"Les désagréments du jeûne : maux divers sur le moment, dérèglement du cycle menstruel, etc." Elle insiste cependant sur le fait que ces inconvénients sont passagers.




Luc
Admin

Messages : 3463
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sexualité et jeûne

Message  admin2 le Sam 6 Avr 2013 - 17:03

Tiré de la thèse du docteur Duverney-Guichard : "Le jeûne, approche médicale et scientifique"

1.1.5.2.7. Hormones sexuelles

Pour CAHILL (25): il existe une diminution marquée au cours du jeûne de la libération de gonade-trophines hypophysaires particulièrement FSH. HORROW (70) démontre que l'association oestro-progestatif par voie orale augmente la réponse cétogénique chez la femme durant les premières phases du jeûne. Cet effet hormonal peut expliquer en partie le fait que les femmes soient plus sensibles au jeûne que les hommes. Cet effet ne se réalise pas par l'intermédiaire de l'insuline ou du glucagon et explique soit par l'augmentation de la synthèse de corps cétoniques soit par la diminution de leur utilisation.


25. CAHILL GF Starvation in man
Clinics in endocrinology and metabolisme 1976 5 (2) 397 - q15

70. MORROW P. MA4.SHALL W. KIM. KALKNOFF
Metabolic response to starvation: effects of sex steroid administration to pre-and postmenopausal women. Metabolisrn 1991 30 (31 274 - 278

admin2

Messages : 865
Date d'inscription : 04/06/2012

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sexualité et jeûne

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:03


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum