Modifications organiques pendant le jeûne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Modifications organiques pendant le jeûne

Message  Luc le Mer 3 Oct 2012 - 21:39



Les modifications organiques durant le jeûne

S’abstenir de nourriture peut signifier manquer un repas, ou rester sans nourriture jusqu’à ce que la mort en résulte par inanition. Sauter un repas ne produit aucun changement organique ou chimique dans le corps; dans l’inanition, beaucoup de changements se produisent. Il est nécessaire de savoir que les différents changements arrivent aux différents stades de la période d’abstinence et qu’aux différents stades les changements sont de caractère différent, voire opposé. Par exemple, chez les femmes et les animaux femelles, on voit l’atrophie des glandes mammaires dans l’inanition, mais dans le jeûne il y a seulement une perte de graisse. Dans les premiers stades de l’abstinence chez les jeunes cochons d’Inde, le pancréas, comme les autres organes internes, est en général plus résistant à la perte de poids. Les pertes pancréatiques dans les premiers stades de l’abstinence sont relativement légères, tandis que dans les stades avancés, c’est-à-dire durant l’inanition, la perte pancréatique (atrophie) est extrême; en général elle est relativement plus élevée que celle du corps entier. (...)

Les changements structurels pendant le jeûne sont en grande partie ceux qui résultent de la perte de poids. En cas de mort par inanition, la perte de poids totale peut s’élever de 50 à 60 %. De telles pertes ne sont pas enregistrées dans le jeûne. Comme il a été montré précédemment, les organes ou tissus particuliers montrent un dépérissement très inégal, certains vivant aux dépens des autres.

Dans la mort par inanition, les pertes suivantes ont été observées par des chercheurs :

graisses ........91%
muscles ........30%
foie ...............56%
rate ...............63%
sang ..............17%
nerfs ......... 0 à 2%

On remarquera que durant le jeûne les tissus ne dépérissent pas tous à une égale vitesse; ceux qui ne sont pas essentiels sont utilisés plus rapidement, les moins essentiels le sont moins rapidement et les plus essentiels ne sont pas utilisés du tout au début, et seulement lentement à la fin. La nature favorise toujours les organes les plus vitaux. La graisse disparaît d'abord, et ensuite les autres tissus dans l'ordre inverse de leur utilité. Les tissus essentiels obtiennent leur nutrition des moins essentiels, par action enzymique; c'est un processus appelé autolyse.

Le cerveau et le système nerveux restent intacts jusqu’à la fin (gardant leur intégrité structurelle et fonctionnelle), et maintiennent intact leur pouvoir naturel de nutrition, bien que tous les autres tissus aient irrémédiablement dépéri et que le sang, même dans les cas extrêmes, ne montre pas un appauvrissement extraordinaire.

L’économie la plus sévère est exercée dans l’appropriation des réserves nutritives pour entretenir le cœur, les poumons, le cerveau, les nerfs et autres organes vitaux. Même les muscles respiratoires sont plus soigneusement protégés que les autres muscles du squelette.

Le tissu nerveux central et le cœur subissent seulement 0,1% de la perte totale, et 3% de leur substance réelle. (Shelton)




Dernière édition par Luc le Jeu 4 Oct 2012 - 9:32, édité 2 fois

Luc
Admin

Messages : 3470
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

jeûne et sang

Message  Luc le Mer 3 Oct 2012 - 21:54

Le Pr Stengel écrit : « Dans l’inanition, le sang conserve sa richesse globulaire d’une manière surprenante, même après une abstinence prolongée ».

Un jeûne d’une semaine seulement augmentera le nombre de globules rouges chez une personne anémique.

Des observateurs de laboratoire on noté une augmentation des globules rouges chez les jeûneurs en bonne santé, avec une diminution des globules blancs. Dans l’anémie, le jeûne a souvent pour résultat une augmentation des globules rouges qui doublent leur nombre primitif, avec une diminution simultanée du nombre des globules blancs. (Jackson md)

Sur le présent site, plusieurs jeûneurs ayant jeûné de une à plus de trois semaines, ayant des problèmes d'anémie ont pu observer ces faits concernant le sang.


Luc
Admin

Messages : 3470
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum