Début d'expérience de jeûne - hypothyroïdie

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Début d'expérience de jeûne - hypothyroïdie

Message  patricia06 le Jeu 9 Mar 2017 - 18:53

Bonjour,

Je suis nouvelle sur ce forum.
Suite au visionnage de nombreuses vidéos de Thierry Casasnovas sur le jeûne et suite à mes propres recherches je suis arrivée ici.

Je n'avais jamais jeûné dans ma vie, et au contraire j'étais incapable d'attendre quelques heures le matin avant de prendre mon petit dej. Je me sentais "accro" à l'apport de nourriture.
Je suis française et je vis en Suisse. Entre 2005 et 2012 j'ai eu 4 enfants que j'ai allaité chacun pendant un an et j'ai continué à travailler à temps partiel. Physiquement je pense que j'ai été totalement épuisée par ces grossesses et mon rythme de vie aussi. A chaque grossesse j'ai pris 22 kg! J'ai réussi à chaque fois à en perdre une grande partie...sauf autour du ventre!
6 mois après la naissance de mon 4ieme enfant on m'a détecté une hypothyroïdie (apparement pas Hashimoto). J'ai donc pris sagement mon cachet d'hormone thyroïdienne sans trop poser de questions. On m'a bien dit que ça serait pour toute la vie!
J'avais des tas de "petits problèmes" en plus...constipation chronique, ballonnements, crampes, verrues plantaires, mycose du pied, douleur articulation, acouphène, retrait des gencives, 4 dents arrachées et surtout toujours cette grande fatigue, épuisement malgré la prise de mes hormones thyroïdiennes chimique.
Un an après mes problèmes de thyroïde j'ai démissionné pour rester à 100% auprès de mes enfants. Mais ce n'est pas de tout repos. En suisse les enfants rentrent tous manger le midi à la maison et les petits à partir de 5 ans ont école que le matin. Bref, je suis non stop à la maison à faire à manger/lessive/nettoyage/rangement/aide devoirs/taxi pour le sport...etc...etc....

En mai 2015 suite à de nombreuses recherches sur le net, je suis tombée sur le régime du Dr Seignalet qui consiste à éviter le gluten/maïs/produits laitiers et cuire à maximum 110 degrés ses aliments. J'ai essayé car je n'avais plus rien à perdre. Je précise que je suis française et j'ai toujours fait mon petit déjeuner avec pain/beurre/confiture. J'y étais vraiment accro! En l'espace de quelques jours de grandes amélioration sur le transit. ça m'a beaucoup motivé. En 1 ou 2 mois plus de douleurs articulaires et mes règles sont redevenues régulière. Par contre j'ai continué à manger pas mal de féculents et souvent cuit...pas toujours en dessous des 110 degrés.

Mais passé la phase d'euphorie, j'ai senti de nouveau la fatigue et aussi mon système immunitaire toujours très faible. J'attrapais tous les virus que mes enfants pouvaient me ramener :-( En juin 2016 j'ai commencé à introduire quotidiennement des jus verts. D'abord fait juste avec und blender et passé dans un filtre. Je me suis mise à manger cru aussi souvent que possible. Mi-aout début de prise de plantes pour aider la thyroïde. J'ai senti petit à petit des symptômes de changement (tachycardie, transpiration, selles molles). En septembre 2016 pour la première fois ma TSH a vraiment bien baissée, tout en étant encore dans la norme inférieure. Même si mon médecin n'était pas d'accord j'ai demandé à baisser ma dose de Levothyrox. Je suis passé de 100 à 85. Je me suis acheté un extracteur de jus et j'ai continué mes jus verts quotidien. J'ai diminué extrèmement les féculents/légumineuses et je mange cru aussi souvent que possible. Test de TSH 6 semaines aprés tout est ok...alors je suis passé à 75.....j'ai retester ma TSH et elle était toujours identique. Je suis tranquillement descendu à 65 puis je suis en ce moment à 50/jour!

En m'intéressant de prés au sujet d'hypothyroïdie j'ai pu comprendre qu'il est fort probable que ce soit du à mon état d'épuisement, surrénales épuisées, foie, digestion...etc....
Je suis convaincu que mon corps peut se guérir, et je cherche le meilleur moyen pour l'aider. A noter que pour mon médecin ça serait plutôt du genre: "prend ton cachet et tais-toi!"
Comme on entamait la période du carême je me suis dit que c'était peut-être le moment de tente le jeûne. Il semblerait que le jeûne aide bien les glandes à refonctionner normalement. J'ai commencé par tenter le jeune intermittent pendant 9 jours. Je prenais mon 1er repas que le midi ou après-midi. A ma grande surprise, j'ai "survécu" :-)
Et ensuite j'ai tenté la journée entière. Je ne sais pas comment vous comptez le temps de jeûne, mais moi j'ai pris mon dernier repas le lundi après-midi à 17h. Tout le mardi j'ai fait un jeûne sec (mis à part l'eau pour avaler mon cachet) et j'ai mangé le mercredi à 9h. Dois-je compter 40h de jeûne sec?

Bref, je l'ai fait, mais je dois dire que dans ma situation avec mes 4 enfants (qui ont tout le temps faim) et qui me demandent beaucoup d'énergie, ce n'est pas facile. Je ne peux pas rester tranquille au repos et je cuisine sans cesse pour eux! Je me suis sentie très fatiguée. Surtout le soir, je suis restée dans ma chambre et mon mari à dû gérer le repas/enfants/coucher tout seul après le travail car je n'avais pas "les nerfs" pour gérer tout ça.
Je n'ai pas eu la langue chargée, pas de mauvaise haleine, juste un très léger gout de métal dans la gorge mercredi matin. Je me demandais si ça avait un quelconque effet sur moi!
Par contre, moi qui contrôle ma température basale assez souvent (température le matin au repos), j'ai été étonnée de voir que pour la première fois elle avait augmenté. En hypothyroïdie la température est plutôt basse et là quelle bonne surprise en voyant ce changement. Mais 24h après (après avoir de nouveau mangé....sainement) elle a de nouveau un peu baissé.

Mes questions sont donc les suivantes:
- Ma vie familiale ne me permet pas de me mettre au repos alors je me demande si le fait de faire une journée unique de jeûne sec de temps en temps peut avoir quand même des avantages sur le long terme. Ou bien devrai-je juste continuer un jeûne intermittent?
- Ou bien est-ce que par exemple un jour jeûne sec + 1 jour jeûne au jus de fruits + 1 jour alimentation detox + 1 jour jeune sec peut quand même servir à quelque chose. Ou bien faut-il juste laisser tomber le jeûne et juste avoir un alimentation detox?
- Sur internet une personne disait qu'il semblerai que le jeûne intermittent n'est pas conseillé dans le cas d'hypothyroïdie....mais pas de sources....qu'en pensez-vous?
- Le repos est conseillé pour faciliter l'élimination, mais dans le cas d'un jeûne intermittent long, on peut bien faire du sport quand même? Dans mon cas, je remarque que le sport redonne de la chaleur à mon coeur qui est hyper frileux. Mais j'ai bien compris que le sport ralenti l'élimination...

J'ai vu tous les types de jeûne qui existent, ce qui est sûr c'est que je ne suis pas prête à tenter les jeûnes longs. Je ne peux pas non plus par rapport à ma vie familiale me bloquer un mois à boire des jus tous les jours. Alors reste l'option du jeûne sec d'une journée qui convient (quand mon mari peut m'aider le soir) et le jeûne intermittent.

Merci d'avance pour vos commentaires/conseils.
Patricia.

patricia06

Messages : 3
Date d'inscription : 09/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Début d'expérience de jeûne - hypothyroïdie

Message  Luc le Ven 10 Mar 2017 - 0:06

Bienvenue sur le forum ... tu es notre 1 500e membre inscrit !

Bravo pour prendre ta santé en main par des méthodes naturelles ! Cependant, la réussite d'un jeûne dépend de plusieurs facteurs dont le principal élément est sans contredit le repos. Dans les faits, ce n'est qu'en période de repos que l'organisme passe en mode nettoyage et surtout en mode régénération.  Si cela n'est pas le cas, il n'y a que consommation d'énergie, soit pour l'effort musculaire, soit pour l'autolyse, mais pas pour les deux en même temps.  La biologiste Boudreau écrit :
Le jeûne actif n'est pas thérapeutique. C'est une question de calories et d'énergie. Pour se détoxiquer en profondeur, le corps a besoin d'énergie; or le travail musculaire multiplie de dix à vingt fois sa dépense énergétique par rapport à l'organisme en repos. C'est un coût énergétique très onéreux pour un organisme en jeûne qui vit de ses réserves.

Quand une personne marche, elle doit fournir des calories aux muscles longs de ses cuisses; la circulation sanguine est amplifiée dans les jambes en action au détriment des autres organes. Le débit sanguin dans l'organisme ne peut être maximal dans tous les organes à la fois. Lorsqu'il y a afflux supplémentaire de sang dans un organe en travail, il y a baisse dans un autre.

Un organe en autolyse a besoin d'un apport d'énergie important, et la circulation sanguine s'y intensifie. La personne qui jeûne ressent clairement cet accroissement localisé du débit sanguin; elle ressent un engorgement dans l'organe en autolyse. Si elle décide de courir, la circulation sanguine est immédiatement canalisée vers les muscles des jambes; l'autolyse cesse alors complètement dans l'organe où elle se déroulait.

Les processus d'autolyse sont exigeants. Le repos stimule l'autolyse et l'activité physique le freine. Il est donc nettement préférable de garder le lit en période de jeûne et de dormir le plus possible. En panne de sommeil, on se détend, on reste allongé et on rêvasse. Pendant que l'on se repose et que l'on dort, le corps se transforme, se rénove. (...) Ces activités réparatrices ne s'accomplissent pas non plus si l'on jeûne debout. "
Que nous exécutions un jeûne sec, un jeûne uniquement à l'eau, un demi-jeûne, un jeûne intermittent, une cure de jus ou de fruits ... etc. ce sera toujours le repos qui enclenchera le processus de guérison.  Sinon, il n'y aura que perte de poids, sans véritables effets thérapeutiques.

Tout cela n'est peut-être pas très encourageant pour toi, mais c'est le prix à payer pour guérir : le repos !
Nous avons 5 enfants et nous savons que c'est un travail à plein temps de s'occuper d'une telle famille.  Lorsque nom épouse jeûnait, et lors de ses jeûnes plus récents, ce fut toujours moi qui s'occupait de la maisonnée.  Lison restait au lit, ne se levant que pour aller uriner ou pour s'asseoir de temps à autre, afin de changer de position.  Ses jeûnes ont toujours été des réussites, éliminant ainsi plusieurs ennuis de santé.

Est-ce qu'un problème d'hypothyroïdie peut être réglé par le jeûne ?  Voir certains cas  répertoriés sur le présent forum :  ICI et

Finalement, à part le jeûne, exécuté au repos et sans prise de médicament, je ne vois pas ce qui pourrait venir à bout de ton problème de santé.  Si tu lis les différents témoignages sur le lien précédent, ceux qui ont réussi à régler cet ennui de santé, l'ont fait en favorisant l'autolyse par le repos, voire même complet.

Au plaisir de te lire !
avatar
Luc
Admin

Messages : 4427
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Début d'expérience de jeûne - hypothyroïdie

Message  patricia06 le Ven 10 Mar 2017 - 5:10

Bonjour,

Je suis fière d'être la 1500 ième :-)
Merci pour ta réponse Luc. Donc il est clair que si je jeûne il faudra que je sois au repos. Mais malheureusement, mon mari n'est pas assez souvent présent pour que je puisse me lancer dans un jeûne de plus de 1 ou 2 jours max.

- Est-ce que ça vaut quand même la peine de faire des jeûnes de 1 jour une fois par semaine par exemple? Sachant que entre les jeûnes mon alimentation est en général très saine (fruits et légumes crus à 80%, pas gluten/pas de produits laitiers). Et ce jour de jeûne je ne prend pas le levothyrox.....

- Est-ce que le jeûne intermittent peut aussi m'apporter un bénéfice sur le long terme ou mieux vaut se nourrir suffisamment pendant 6 jours et faire un "vrai jeûne" 1 jour dans la semaine?

Merci encore pour ton partage.

patricia06

Messages : 3
Date d'inscription : 09/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Début d'expérience de jeûne - hypothyroïdie

Message  Luc le Ven 10 Mar 2017 - 9:03

patricia06 a écrit:
- Est-ce que ça vaut quand même la peine de faire des jeûnes de 1 jour une fois par semaine par exemple? Sachant que entre les jeûnes mon alimentation est en général très saine (fruits et légumes crus à 80%, pas gluten/pas de produits laitiers). Et ce jour de jeûne je ne prend pas le levothyrox.....

- Est-ce que le jeûne intermittent peut aussi m'apporter un bénéfice sur le long terme ou mieux vaut se nourrir suffisamment pendant 6 jours et faire un "vrai jeûne" 1 jour dans la semaine?
Tout cela est assurément bénéfique, mais probablement insuffisant pour éliminer un problème important.  Si suite à un véritable jeûne thérapeutique de deux ou trois semaines au repos, une fois la réalimentation complétée et nos réserves renflouées, un jeûne hebdomadaire d'une journée pourra maintenir les acquis. Mais une journée de jeûne par semaine, sans avoir au préalable exécuté un véritable jeûne thérapeutique, n'arriverait sans doute pas à régler ton problème d'hypothyroïdie, surtout si la médication est maintenue.  L'organisme est intelligent, mais nous pouvons le tromper en substituant une hormone qu'il devrait normalement fabriquer. Il cessera tout simplement d'en produire.  L'hygiéniste Albert Mosséri écrit :
Il est sûr que certaines personnes n'atteindront jamais une bonne santé et la guérison de leurs maux par des jeûnes courts répétés que si elles suivent un long jeûne. Nous l'avons toujours dit: le long jeûne permet le nettoyage au fond du puits, que l'on n'atteindra jamais si on fait un jeûne court même répété. On aura simplement nettoyé la surface sans jamais aller en profondeur. De plus, l'effet de plusieurs jeûnes courts n'équivaut pas à celui d'un seul jeûne long, car entre un jeûne et l'autre le corps s'intoxique de nouveau.

Oui, tout jeûne est un plus pour l'organisme, mais parfois cela nécessite une action plus énergique !
avatar
Luc
Admin

Messages : 4427
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Début d'expérience de jeûne - hypothyroïdie

Message  patricia06 le Mer 15 Mar 2017 - 18:46

Bonjour,

J'ai refait un jour de jeûne mardi uniquement.
-Lundi: je n'ai pas pris de Levothyrox et je n'ai mangé que des fruits.
-Mardi: pas de Levothyrox et jeûne hydrique. Mais comme je m'occupe des enfants, je ne suis pas resté tranquille.
-Mercredi: reprise Levothyrox, jus vert puis reprise avec salade et fruits.

J'avais un rhume qui avait commencé samedi. Il ne s'arrangeait pas, mais comme jeûner permet de guérir, je me suis dit que ça ne me fera pas de mal de jeûner dans ces circonstances.
Et je dois dire que contrairement à la semaine dernière la température basale n'est pas remontée (au contraire) et je me sens toujours aussi enrhumée et fatiguée que avant le jeûne :-(

Lorsque nous somme un peu malade (ex: gros rhume, mal de tête...) est-ce toujours bien de jeûner ou bien faut-il attendre d'être en forme?

Merci!

patricia06

Messages : 3
Date d'inscription : 09/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Début d'expérience de jeûne - hypothyroïdie

Message  Luc le Mer 15 Mar 2017 - 20:52


Le jeûne peut s'exécuter en tout temps, que nous soyons malade ou en forme.

Si nous sommes malades, si nous faisons de la fièvre, le jeûne agit positivement ... mais encore là, c'est le repos qui permet à l'autolyse de s'activer et de s'auto-guérir.

Tant qu'à la fièvre, voir ce qu'écrit le Docteur André Passebecq, un médecin français qui a fait ses études en médecine aux Etats-Unis : ICI



avatar
Luc
Admin

Messages : 4427
Date d'inscription : 28/05/2012
Localisation : Québec Canada

https://groups.live.com/lejeunetherapeutique/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Début d'expérience de jeûne - hypothyroïdie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum